OwlTail

Cover image of Mansplaining

Mansplaining

Trentenaire, blanc, hétéro, cisgenre, marié et père, Thomas Messias est ce genre de personnes qu'on entend déjà beaucoup trop dans les médias, y compris sur des sujets qu'elles ne maîtrisent pas toujours. Tous les quinze jours dans «Mansplaining», il questionne un sujet qu'il connait, la masculinité, pour rappeler qu'elle n'est pas unique… mais plurielle.

Popular episodes

All episodes

The best episodes ranked using user listens.

Podcast cover

Au lycée, le modèle toxique du «Vrai bonhomme»

Pour s’intégrer dans un nouveau lycée, faut-il forcément jouer les gros durs et asseoir sa position de dominant, ou peut-on se contenter d’être soi-même? C’est l’un des questionnements d’Un vrai bonhomme, faux teen movie et vrai récit d’initiation réalisé par Benjamin Parent, qui se joint à nous dans cet épisode pour parler de la masculinité toxique pendant les années lycée.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:Un vrai bonhomme (Benjamin Parent, 2020)Ce n’est pas un film de cow-boys (Benjamin Parent, 2011)Le Nouveau (Rudi Rosenthal, 2015) The Mask You Live In (Jennifer Siebel Newsom, 2015) Olivia Gazalé, Le Mythe de la virilité (Robert Laffont, 2017)Musique: «Warm Sea», Savvier

15mins

8 Jan 2020

Rank #1

Podcast cover

Le syndrome Hermione Granger

Puisque les stéréotypes de genre n’attendent même pas la naissance pour commencer à nous tomber dessus, il n’est sans doute pas inutile de parler -entre autres- de masculinité avec les enfants. Et ça tombe bien, puisque certains divertissements familiaux s’y prêtent totalement, remettant en cause l’héroïsme forcené des personnages masculins et même la dynamique des boys’ clubs.  Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.RéférencesLa Grande Aventure Lego (Phil Lord & Christopher Miller, 2014)La Grande Aventure Lego 2 (Mike Mitchell, 2018)Lego Batman, le film (Chris McKay, 2017)Ferdinand (Carlos Saldanha, 2017)Les Mondes de Ralph (Rich Moore, 2012)Purl (Kristen Lester, 2018)Podcast Miroir Miroir, épisode 12 – Livres pour enfants, ce reflet déformantLa Politique sexuelle de la viande, Carol J. Adams (1990)Générique : Savvier, Warm Sea

13mins

20 Mar 2019

Rank #2

Similar Podcasts

Podcast cover

À la recherche de modèles masculins dans la fiction (Live au Paris Podcast Festival)

Un enregistrement unique de Mansplaining, pour la première fois en live et en public. Plus de 120 personnes y ont assisté en direct au Paris Podcast Festival, dimanche 20 octobre. Dans cet épisode spécial, Thomas Messias reçoit Marie Sauvion de Télérama, Anaïs Bordages et Marie Telling de Peak TV, et l'humoriste Laurent Sciamma. Ensemble, ils se lancent dans une quête: trouver des modèles masculins dans la fiction.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu’il s’agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:Boogie Nights (Paul Thomas Anderson, 1997)Unbelievable (2019)Malcolm (2000)Columbo (1968)Big Mouth (2017)Breaking Bad (2008)«L'Équipe du soir» (RTL)Jacky au royaume des filles (Riad Sattouf, 2014)

45mins

30 Oct 2019

Rank #3

Podcast cover

FAQ: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur «Mansplaining»

Pour ne pas totalement vous abandonner au mois d'août, on vous a préparé un épisode spécial, consacré aux coulisses et aux lignes directrices de Mansplaining. En prime, on vous  annonce le sujet de l'épisode de rentrée, que vous pourrez écouter dès le mercredi 4 septembre. Cet épisode est présenté par Constance Daulon, rédactrice en chef adjointe de Slate.fr, et par Thomas Messias.Un mercredi sur deux (et en hors-série pendant l'été), Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Pour suivre nos dernières sorties, rejoignez notre nouveau compte Instagram @SlatePodcasts, ainsi que le compte de Mansplaining.RéférencesDramas coréens recommandés par Julia:– Something in the rain (2018)– Weightlifting fairy – Kim Bok-Joo (2016)– One spring night (2019)– Strong Girl Do Bong Soon (2017)All inclusive (Fabien Onteniente, 2018)Générique: «Warm Sea», Savvier

14mins

13 Aug 2019

Rank #4

Most Popular Podcasts

Podcast cover

En finir avec les bandes de potes

Alors que la suite des Petits mouchoirs arrive en mars, c’est le moment de faire un point sur le «film de potes» et sa façon d’idéaliser des amitiés masculines pourtant loin d’être reluisantes. Utilisant le nombre pour asseoir leur domination, se réunissant autour de loisirs et de sports pour mieux se reconnaître entre mâles, les hommes aiment se retrouver en meutes, ce que les réalisateurs trouvent généralement très cool. Les trois Cœur des hommes signés Marc Esposito en sont un exemple plus que révélateur. Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Générique : Savvier, Warm SeaRéférences :Marc Esposito, Le Cœur des hommes (2003), Le Cœur des hommes 2 (2007), Le Cœur des hommes 3 (2013) Guillaume Canet, Les Petits mouchoirs (2010) Pierre Desproges, En scène – Théâtre Grévin (1986) Yves Robert, Un éléphant ça trompe énormément (1976), Nous irons tous au paradis (1977) Jean-Marie Poiré, Mes meilleurs copains (1989) 

14mins

9 Jan 2019

Rank #5

Podcast cover

L'hétéro-gay, cliché usé des comédies

C'est l’histoire de deux mecs hétéros qui décident de faire semblant d'être gays. C’est l'histoire de stéréotypes, de blagues éculées, d'une communauté que certains continuent à singer aujourd'hui encore, avec des intentions plus ou moins louables, mais avec des résultats généralement calamiteux. Cette deuxième saison s’ouvre sur la question suivante: pourquoi les films où les hétérosexuels se déguisent en homosexuels posent-ils problème?Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:All inclusive (Fabien Onteniente, 2019)Quand Chuck rencontre Larry (Dennis Dugan, 2007)Épouse-moi mon pote (Tarek Boudali, 2017)Le Placard (Francis Veber, 2001)Merci à Fabien Randanne, journaliste à 20 minutes.Générique: «Warm Sea», Savvier

14mins

4 Sep 2019

Rank #6

Podcast cover

Dans la tête de Jean-Marie Bigard

«Les vraies femmes n'en prennent pas ombrage. Y a que les vraies femmes qui veulent avoir des couilles comme nous, et être aussi cons que les hommes, qui gueulent après moi.» Jean-Marie Bigard ne comprend pas pourquoi Muriel Robin trouve certaines de ses blagues déplorables et dangereuses. Il fallait bien un épisode pour tenter de lui expliquer.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:TPMP: Jean-Marie Bigard choque avec une blague1500 téléspectateurs ont signalé la blague sur le biol de Bigard au CSA (20 minutes)Tweet de Jean-Marie Bigard (4 mars 2019)Les Grosses Têtes, émission du 15 avril 2019 (RTL)Jean-Marie Bigard s’en prend violemment à Muriel RobinLe Grand show de l’humour 2017 (France 2)Dave Chappelle, Sticks and Stones (Netflix)Louis CK remonte sur scène avec des sketches odieux (Marie Claire)Laurent Sciamma dans BonhommeGénérique: «Warm Sea», Savvier

13mins

18 Sep 2019

Rank #7

Podcast cover

Les personnes intersexes, grandes oubliées de la fiction

Ce n'est pas parce que la Quinzaine de Visibilité Intersexe vient de s'achever qu'il faut cesser de parler du sujet, qui concerne près de 2% d'entre nous. À travers les rares fictions réalisées sur le sujet et quelques documentaires extrêmement éclairants, tour d'horizon d'une situation trop méconnue, vécue par des personnes qui souffrent généralement en silence.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

17mins

13 Nov 2019

Rank #8

Podcast cover

«Salope» contre «playboy», le double standard du slutshaming

Charlotte a 17 ans, et elle passe d’un garçon à l’autre parce qu’elle a envie d’expérimenter et d’apprendre à se connaître. Pour les garçons et les filles qui l’entourent, cela fait automatiquement d’elle une «salope sans le mauvais sens du terme», expression utilisée plusieurs fois dans Charlotte a 17 ans, film québécois qui sort en France ce mercredi 12 juin. Pourtant, son activité sexuelle n’est pas plus intensive que celle de Francis, qui travaille dans le même magasin qu’elle, mais qu’on qualifie de play-boy. Voyage dans l’univers de ce fléau nommé slutshaming, qui n’attend pas l’âge adulte pour frapper…Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Pour suivre nos dernières sorties, rejoignez notre nouveau compte Instagram @SlatePodcasts, ainsi que le compte de Mansplaining.Références:Charlotte a 17 ans (Sophie Lorain, 2018)Le Slutshaming (Superpépette cause féminisme)Easy Girl (Will Gluck, 2010)The Sex List (Maggie Carey, 2013)Mafia Blues (Harold Ramis, 1999)Générique: Warm Sea, Savvier

12mins

11 Jun 2019

Rank #9

Podcast cover

Charge mentale: hommes assistés, femmes lessivées

Bien avant que l’on se mettre à employer l’expression «charge mentale», les femmes pliaient déjà sous son poids. Un sujet que le cinéma s’est mis à explorer au cours de la dernière décennie, montrant des hommes indignes, qui laissent leurs femmes se tuer à petit feu, consciemment ou non, à force de les contraindre à tout faire et à tout penser… tout cela alors qu’ils sont censés les aimer. Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.RéférencesLa vie domestique (Isabelle Czajka, 2013)L'économie du couple (Joachim Lafosse, 2016)Pourquoi tu pleures? (Katia Lewkowicz, 2011)Emma, «Fallait demander» (9 mai 2017)Tweet de Rachel Miller (23 février 2016)Générique : Warm Sea, Savvier

13mins

16 Apr 2019

Rank #10

Podcast cover

Stalker ou séduire, il faut choisir

Chaque 2 février, la ville de Punxsutawney célèbre le jour de la marmotte, et les cinéphiles pensent à Un jour sans fin. L’occasion d’inspecter un peu le film culte de Harold Ramis et notamment le rapport trouble de son héros, interprété par Bill Murray, à la séduction et au consentement. Profiter d’une boucle temporelle pour mettre le grappin sur Andie McDowell, ce n’est pas joli joli. La façon dont Adam Sandler s’occupe de Drew Barrymore dans Amour & amnésie laisse elle aussi pas mal d’interrogations en suspens…Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Générique : Savvier, Warm SeaRéférences :Harold Ramis, Un jour sans fin (1993)Ari Sandel, When we first met (2018)Peter Segal, Amour et Amnésie (2004)‘Groundhog Day’ Writer Danny Rubin Loves His Movie, à lire sur Vulture How Many Days Does Bill Murray Spend Stuck In Groundhog Day?, Whatculture

12mins

23 Jan 2019

Rank #11

Podcast cover

Hommes cisgenres et enceints, bon sujet de mauvais films

Sauf avancée scientifique majeure, les hommes cisgenres ne devraient pas pouvoir porter d'enfant avant quelques siècles. La fiction a pourtant tenté d'imaginer ce qui se passerait si c'était le cas… en sacrifiant hélas le sujet sur l'autel de la comédie un peu (voire très) lourde. Et si le grand film sur les hommes cis et la grossesse restait à faire?Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:Junior (Ivan Reitman, 1994)Rabbit Test (Joan Rivers, 1978)L'annonce faite à Marius (Harmel Sbraire, 1998)L'Evénement le plus important depuis que l'homme a marché sur la lune (Jacques Demy, 1973)Seahorse (Jeanie Finlay, 2019)«Qui est Thomas, "The Pregnant Man" de Secret Story 10?», Têtu«La France condamnée pour la stérilisation imposée aux personnes trans», Têtu«Le premier contraceptif masculin pourrait être disponible dans six mois», Slate.fr«Désir, plaisir, contraception, MST... c'est la charge sexuelle», Slate.fr«Aura-t-on à l'avenir des hommes enceints?», Science et Vie«Être un homme enceint n'avait rien de spécial», Huffington Post«Les hommes peuvent aussi savoir ce que ça fait d'être enceinte», Slate.frMusique: «Warm Sea», Savvier

15mins

11 Dec 2019

Rank #12

Podcast cover

Des chasseurs et des proies

En 2005, on pouvait apparemment draguer en tendant des pièges aux femmes. Celles-ci n'avaient alors plus vraiment d'autre choix que celui d'accepter les avances de leur prétendant-chasseur, tout en ayant l'impression qu'elles restaient maîtresses de leurs décisions. Sortie cette année-là, la «comédie romantique» Hitch mettait en lumière certaines méthodes prônées par les coachs en séduction… et les pick-up artists. Des techniques qui n'ont pas disparu avec l'émergence #MeToo.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Générique : Savvier, Warm SeaRéférences :Fiona Schmidt, L'Amour après #MeToo, Hachette (2018)Mélanie Gourarier, Alpha Mâle – Séduire les femmes pour s'apprécier entre hommes, Seuil (2018)Andy Tennant, Hitch – Expert en séduction (2005) Steven Soderbergh, Ocean's Eleven (2001)

12mins

12 Dec 2018

Rank #13

Podcast cover

Les gars, n'ayez pas peur des règles

Et si les hommes cisgenres s’intéressaient un peu plus aux règles? Et si comprendre et respecter davantage les femmes passait aussi par là? Et si les mines de dégoût ou les blagues éculées n’étaient pas les seules réactions possibles? Bienvenue dans un monde encore imaginaire où ce sujet finirait par ne plus être tabou.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Références:SuperGrave (Greg Mottola, 2007)Carrie, la vengeance (Kimberly Peirce, 2013)Les règles de notre liberté (Rayka Zehtabchi, 2018)28 jours(Angèle Marrey, Justine Courtot et Myriam Attia, 2018)Les FluxClit Revolution (Elvire Duvelle-Charles et Sarah Constantin)Le grand mystère des règles, Jack Parker (2017, Flammarion)Compte Instagram SPMTamereGénérique: Warm Sea, Savvier

12mins

28 May 2019

Rank #14

Podcast cover

L'année des pères en galère

Fin d’année oblige, c’est déjà l’heure du bilan. L’année ciné 2018 fut passionnante à plus d’un titre, et a notamment permis d’observer toute une galerie d’hommes réalisant souvent un peu tard qu’on ne s’improvise pas père, avec ses véritables enfants comme avec ceux dont on a subitement la charge. Consternants ou inspirants, ces pères-là ont marqué l’année et soulevé plein d’interrogations. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Générique : Savvier, Warm Sea

10mins

26 Dec 2018

Rank #15

Podcast cover

«Je suis un homme», trois chansons qui se trompent sur les hommes

Quel est le point commun entre Zazie, Arno et Michel Polnareff? Dans le répertoire des trois, on trouve une chanson intitulée «Je suis un homme», aux thématiques pourtant bien différentes les unes des autres. L’occasion d’observer à quel point le mot «homme» peut être vidé de son contenu ou totalement déformé. Et de se dire, qu’au final, il vaut peut-être mieux écouter Albin de la Simone.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu’il s’agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:«Je suis un homme», Michel Polnareff (1970)«Je suis un homme», Zazie (2007)«Je suis un homme», Arno (1999)«Un homme», Albin de la Simone (2013)Générique: «Warm Sea», Savvier

9mins

2 Oct 2019

Rank #16

Podcast cover

La violence des hommes qui perdent le pouvoir

Qu’elles se saisissent d’une croix réservée aux hommes, qu’elles survolent une course cyclistes ou qu’elles obtiennent n’importe quelle avancée un tant soit peu féministe, les femmes savent qu’elles peuvent s’attendre à des réactions hostiles, agressives, visant à les remettre à leur place. Parce que les hommes, plutôt que de s’interroger sur leur propre statut, préfèrent organiser des chasses aux sorcières et planifier les retours de bâton.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Références :Dieu existe, son nom est Petrunya (Teona Strugar Mitevska, 2018)Les Chiens de paille (Sam Peckinpah, 1971)La Belle et la Bête (Gary Trousdale & Kirk Wise, 1991)Mona Chollet, Sorcières, la puissance invaincue des femmes, éditions Zones / La Découverte)Susan Faludi, Backlash, la guerre froide contre les femmes, éditions des FemmesConférence de presse du film Dieu existe, son nom est Petrunya, 10 février 2019 Aude Lorriaux, «Sorcières», le livre de Mona Chollet qui donne envie d’en devenir une, Slate.fr Rebecca Amsellem, Une femme dépasse les hommes : on la force à s’arrêter, Newsletter Les Glorieuses Sky News, Female cyclist explains why race officials delayed her raceMusique: Warm Sea, Savvier

11mins

30 Apr 2019

Rank #17

Podcast cover

Sexisme, algorithme and blues

Il n'est plus guère possible d’évoquer la vie amoureuse des plus ou moins trentenaires sans inclure les applis de rencontre. Des applis au moins aussi sexistes que la vie dite réelle, comme le démontre Judith Duportail dans son livre L’Amour sous algorithme. Le cinéma, s’il ne s’est pas encore suffisamment emparé du problème, a tout de même souvent tendance à confirmer. Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.RéférencesChercher le garçon (Dorothée Sebbagh, 2012)Newness (Drake Doremus, 2017)Je préfère qu’on reste amis (Olivier Nakache & Eric Toledano, 2005)Judith Duportail, L’amour sous algorithme, éditions Goutte d’Or (2019)Générique : Savvier, Warm Sea

13mins

2 Apr 2019

Rank #18

Podcast cover

Julien Clerc, Michel Sardou, Cookie Dingler: ces chansons faussement féministes

Qu'ils déclarent leur amour ou leur admiration à trois ou quatre milliards de femmes, les chanteurs ne peuvent pas s'empêcher de tout mélanger, voire d'injecter leurs fantasmes dans leurs textes. Sous un vernis de bienveillance, la variété française s'est souvent pris les pieds dans le sexisme, comme s'il était impossible de complimenter les femmes sans les sexualiser ou les infantiliser.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:«Femmes je vous aime», (Jean-Loup Dabadie / Julien Clerc, 1982)«Être une femme», (Pierre Delanoë, Michel Sardou / Jacques Revaux, Pierre Billon, Michel Sardou, 1981)«Être une femme», (Michel Sardou / Jacques Revaux, Laurent Wolff, 2010)«Femme libérée», (Joëlle Kopff / Cookie Dingler, 1984)«Où sont les femmes?», (Jean-Michel Jarre / Patrick Juvet, 1977)Musique: «Warm Sea», Savvier

12mins

19 Feb 2020

Rank #19

Podcast cover

Violence et colère, aux sources d’une extrême droite en quête de respectabilité

C'est l'histoire d'un jeune militant FN durant les campagnes de 2017. Pour La Cravate, documentaire qui sort en salles le mercredi 5 février, Étienne Chaillou et Mathias Théry ont passé six mois avec ce Bastien, filmant son parcours d'homme, son rapport au costume et à la domination masculine, et aussi la façon dont il gère sa colère et sa haine.Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.Références:La Cravate (Mathias Théry & Etienne Chaillou, 2020)Chez nous (Lucas Belvaux, 2017)J'ai suivi un cours masculiniste à l'École Major de Julien Rochedy, Slate.frMusique: «Warm Sea», Savvier

18mins

5 Feb 2020

Rank #20