Cover image of Au potager bio – Conseils pour votre potager biologique
Sports
Wilderness

Au potager bio – Conseils pour votre potager biologique

Updated 7 days ago

Sports
Wilderness
Read more

Des conseils simples pour réussir votre jardin-potager biologique et en permaculture, pour de belles récoltes de fruits et légumes sans produits chimiques.

Read more

Des conseils simples pour réussir votre jardin-potager biologique et en permaculture, pour de belles récoltes de fruits et légumes sans produits chimiques.

Cover image of Au potager bio – Conseils pour votre potager biologique

Au potager bio – Conseils pour votre potager biologique

Latest release on Aug 07, 2015

The Best Episodes Ranked Using User Listens

Updated by OwlTail 7 days ago

Warning: This podcast data isn't working.

This means that the episode rankings aren't working properly. Please revisit us at a later time to get the best episodes of this podcast!

Rank #1: Les jardins partagés de Courbevoie

Podcast cover
Read more

Bonjour à toutes et à tous ! Il y a quelques temps de cela, j’ai eu l’occasion de visiter pour la première fois un jardin partagé. Concept bien différent des jardins ouvriers et qui se trouve majoritairement dans les grandes villes. Je me suis dit que cela pourrait bien vous intéresser parce que je sais qu’il y a parmi vous, des personnes qui jardinent dans les milieux urbains, ce qui peut être une formidable occasion de découvrir cette approche axé sur le partage. Au cours de cet interview, j’ai été accueillis par Valérie qui a tout de suite accepté de ce prêter au jeu et de nous faire découvrir le jardin partagé du château du Loir.

Je vous propose de découvrir les grands avantages de ce type de jardin qui devrait également inspirer les jardiniers de campagne au niveau de la diversité des végétaux, de la récupération de graines mais aussi des méthodes pratiqués dans un univers collectif. Alors, suivez moi, je vous emmène en visite …

Fichier audio de l’interview

Transcription texte de l’interview

Yannick Hirel : Bonjour et bienvenue, ici Yannick Hirel du blog Au potager bio ! Aujourd’hui, à travers ce fichier audio, je ne suis pas tout seul car je suis accompagné de Valérie du jardin du square du château du loir si je ne me trompe pas ?

Valérie des jardins partagés de Courbevoie : Tout à fait.

Yannick Hirel : Du coup, j’ai trouvé l’approche super sympa en allant fouiller sur le compte twitter de Valérie … et je vais carrément laisser Valérie se présenter à nos auditeurs, alors bonjour Valérie !

Valérie des jardins partagés : Bonjour Yannick, je suis Valérie adhérente au jardin partagé château du Loir. Ce jardin est le premier jardin de ce type ouvert par la ville de Courbevoie en 2013 sur un ancien site qui a été réhabilité. La surface du jardin fait 500 mètre² …

Yannick Hirel : C’est déjà une belle surface !

Valérie des jardins partagés : La ville de Courbevoie a confié la gestion des jardins à l’association ESPACES dont le siège est à Chaville dans les Hauts de Seine. Cette association en plus d’accompagner les municipalités dans la mise en place et la gestion des jardins partagés fait aussi de l’insertion par l’écologie urbaine.

Yannick Hirel : C’est justement ce concept que j’ai beaucoup aimé en allant fouiller un peu sur le site et par rapport à cela justement, au niveau de l’insertion, cela se fait petit à petit et quel est la finalité pour ces personnes qu’on cherche à aider, à mettre le pied à l’étrier ?

Valérie des jardins partagés : En faite, ESPACES recrute des personnes qui sont en situation de réinsertion et les forme aux métiers des espaces verts via des chantiers d’insertion qui se trouvent sur certains jardins partagés. Ce sont des contrats pouvant aller de 6 mois à 24 mois et dont la finalité est de permettre à la personne qui est en apprentissage de ressortir avec un bagage professionnel pour pouvoir travailler dans le domaine des espaces verts.

Yannick Hirel : Et de gagner en expérience professionnelle également afin de le noter dans le CV … c’est toujours bon !

Valérie des jardins partagés : Oui.

Yannick Hirel : Ok ! Du coup au moment où l’on fait ce fichier audio ensemble, au début nous voulions réaliser cet interview sous format vidéo mais j’ai oublié mon matériel, c’est vraiment dommage mais je prendrai des photos pour nos auditeurs pour montrer l’ensemble du jardin partagé de la ville de Courbevoie et si j’ai bien compris, le jardin est divisé en 2 parties ?

Valérie des jardins partagés : Tout à fait, Nous avons deux espaces. D’un côté, il y a des parcelles individuelles qui font 3 m² chacune, sur lesquelles jardinent bio des particuliers adhérents du jardin et de l’autre côté, il y a des parcelles de 5 à 10 m² étant plutôt dédiées à des écoles et des associations. Nous avons un lycée et un collège également, ainsi que des associations comme l’AMAP Bio Devant de Courbevoie qui a une parcelle pour ses adhérents. Nous avons aussi une parcelle collective permettant aux jardiniers individuels de planter des variétés plus expansives, envahissantes …

Yannick Hirel : Comme les courges …

Valérie des jardins partagés : Exactement. Cela permet aussi d’accueillir dans de bonnes conditions les adhérents qui ne peuvent pas avoir de parcelles dans l’immédiat.

Yannick Hirel : D’accord, en gros cela permet de se mettre dedans en attendant qu’une parcelle se libère. Mais du coup, ce que j’ai trouvé assez formidable dans la présentation que tu m’as faite tout à l’heure, hors interview, c’est le côté pédagogique de l’association, car l’idée est que chaque membre de l’association se forme afin d’apporter ses conseils aux particuliers. Pourrais-tu me parler des différentes formations que tu as suivies et ce que cela apporte aux particuliers ? Est-ce qu’ils vous écoutent (ou pas) … ?

Valérie des jardins partagés : Nous sommes tous adhérents jardiniers bénévoles et pour ceux qui souhaitent transmettre, il y a la possibilité d’organiser des ateliers. Par exemple, il y a des ateliers sur le compostage. Nous avons la chance d’avoir Laurent Renard, maître composteur, qui a créé une association “Des Vers Pour Tous” et qui nous propose des ateliers régulièrement sur le lombricompostage et le compostage. Nous réalisons des retournements de composteurs. Nous apprenons aussi à récolter les graines, à les faire sécher …

Yannick Hirel : Cela doit être super intéressant !

Valérie des jardins partagés : Oui.

Yannick Hirel : C’est vraiment collectif en faite !

Valérie des jardins partagés : Oui, d’ailleurs j’organise prochainement dans le cadre de la fête de la nature, un pique-nique sur le gaspillage alimentaire.

Yannick Hirel : C’est super ça surtout à notre époque.

Valérie des jardins partagés : Oui et à l’occasion de ce pique-nique il y aura une exposition sur le gaspillage alimentaire et surtout sur les actions que nous pouvons tous faire au quotidien.

Yannick Hirel : Ok ! Sur les gestes que nous pouvons tous faire afin d’améliorer les choses, d’éviter le gaspillage ?

Valérie des jardins partagés : Oui, des astuces anti-gaspillage à adopter. La seconde partie sera consacrée au recyclage des déchets alimentaires par extension le compostage afin que cela fasse sens avec le jardin.

Yannick Hirel : Ce qui est très intéressant là dedans, c’est vraiment le côté très collectif, et comme tu me disais, il y a vraiment toute sorte de personne qui vienne et justement par rapport à ça comment cela se passe-t-il car je suppose qu’il t’arrive d’être confrontée parfois à des personnes qui ont appris à jardiner d’une certaine façon et il y a probablement certaines personnes qui trouvent que le jardinage biologique est un peu décalé, “pas propre” … Alors comment cela se passe-t-il ?

Valérie des jardins partagés : En fait, il y a un transfert mutuel des connaissances et conseils. Il y a aussi une incitation à utiliser des graines reproductibles dans la mesure du possible, à pailler afin d’éviter l’évaporation de l’eau et de préserver le sol …

Yannick Hirel : Tout ce que le paillage apporte effectivement

Valérie des jardins partagés : Oui, de ne pas laisser le sol à nu. Il y a également une incitation à semer des engrais verts.

Yannick Hirel : Tout à l’heure, tu me disais que dans le règlement c’est écrit interdit aux pesticides et ça c’est vraiment top et ce que je peux voir tout autour de moi, c’est que ce système de jardin partagé est vraiment le type de jardin qu’on pourrait avoir chez nous et il y a aussi toute la biodiversité qui va avec et justement par rapport à cela : On pourrait se dire que ce n’est pas simple d’attirer la biodiversité en ville car on est vraiment en plein cœur de Courbevoie alors comment vous vous y prenez ?

Valérie des jardins partagés : C’est merveilleux car la vie s’installe dès que l’on a des légumes, des fleurs …

Yannick Hirel : Oui c’est ça !

Valérie des jardins partagés : Et justement, il faut faire le plus d’espaces verts possible afin que cette vie s’installe. Au jardin, nous avons été particulièrement attentifs à la vie du sol avec toutes les techniques et thématiques liés au compostage en apprenant à préserver la vie du sol. Nous avons également un nichoir avec un couple de mésange comme l’année dernière.

Yannick Hirel : C’est génial !

Valérie des jardins partagés : Oui, un couple de mésange s’est installé et il y a même des oisillons.

Yannick Hirel : Pour le plaisir des yeux c’est super.

Valérie des jardins partagés : oui, les mésanges profitent de l’environnement, du cadre et du fait que des nichoirs aient été installés.

Yannick Hirel : Elles doivent forcément s’y plaire car on les entend justement

Valérie des jardins partagés : Nous avons eu pendant un temps un hérisson.

Yannick Hirel : Ah oui ?!

Valérie des jardins partagés : Oui, nous ne savons pas ce qu’il est devenu, nous sommes en limite d’une copropriété. Nous avons également un chat qui vient nous rendre visite.

Yannick Hirel : Il vient un peu gratter !

Valérie des jardins partagés : Exactement, ce week-end, il s’était installé sur l’hôtel à insectes pour observer le nichoir.

Yannick Hirel : Effectivement, ça doit un peu l’attirer tout ça ! Et l’hôtel à insectes, vous l’aviez mis en place dès le début ou non ?

Valérie des jardins partagés : Oui, il a été installé assez tôt.

Yannick Hirel : Est-ce qu’il a été colonisé par les insectes auxiliaires ?

Valérie des jardins partagés : Oui, on peut parfois voir des abeilles qui y entrent.

Yannick Hirel : Super !

Valérie des jardins partagés : Nous avons également une marre. Tout cela permet à la vie de s’installer au jardin.

Yannick Hirel : Ce que je trouve bien en observant la conception du jardin en lui-même c’est qu’il y a tout un endroit avec des arbres.

Valérie des jardins partagés : Oui, nous avons un sous bois.

Yannick Hirel : Oui, il y a aussi beaucoup de fleurs, de plantes qui favorise la construction de l’équilibre naturel. J’aime beaucoup ce terme sur la construction d’un équilibre naturel. Pour changer un peu de sujet ou plutôt pour voir ton rapport à toi avec le jardin, tu jardines depuis combien de temps ?

Valérie des jardins partagés : Je suis incapable de dire depuis combien de temps je jardine. Depuis l’enfance,  j’ai toujours été intéressée par la nature, le jardinage et à chaque fois que j’ai pu en ville jardiner sur un balcon, je le faisais ou alors chez des ami(e)s qui avaient des maisons.

Yannick Hirel : D’accord mais cela a toujours été une passion pour toi ?

Valérie des jardins partagés : Cela a toujours été une passion même de regarder des ouvrages de jardinage.

Yannick Hirel : Et lorsque tu as commencé car on débute tous à un moment donné et je sais que parmi vous chers auditeurs, vous êtes nombreux (ses) à débuter au potager bio et toi justement, comment as-tu progressé dans le jardinage ?

Valérie des jardins partagés : Oui, j’ai eu ma parcelle à l’automne 2013 et j’ai d’abord commencé par une phase d’observation et j’ai laissé ma parcelle au repos tout l’hiver. Ensuite au printemps, j’ai fait mes premiers semis, certains ont marché, d’autres pas. J’essaie aussi de maintenir un équilibre légumes / fleurs afin de développer la biodiversité. Je suis également très attentive aux associations entre les cultures.

Yannick Hirel : Tout à fait et sur ce genre de parcelle, c’est important de bien associer.

Valérie des jardins partagés : J’ai donc organisé ma parcelle en carrés, je fais un plan de culture. Je dispose d’un tableau regroupant les variétés potagères, leurs compatibilités.

Yannick Hirel : Ce que je trouve bien dans ton approche et le point sur lequel j’aimerai insister si vous nous écoutez, c’est la phase d’observation car ce sont des choses que nous avons souvent tendance à négliger lorsqu’on débute alors que cela va vous permettre de prendre connaissance et de faire connaissance avec votre environnement, votre sol, votre terrain … Ensuite, comme le dit Valérie c’est de semer une première fois afin de voir ce qui pousse ou pas et d’en tirer des leçons au final car maintenant, tu cultives que des choses qui poussent, qui fonctionnent sur ta parcelle !

Valérie des jardins partagés : C’est exactement ça ! J’essaie de me focaliser sur les choses qui fonctionnent en prenant en compte l’expérience de l’année dernière. J’ai donc fais mon plan en conséquence. J’ai fait le choix cette année de semer davantage de fleurs une très belle variété de pois de senteur “Painted Lady” de Kokopelli qui l’année dernière fascinait les visiteurs.

Yannick Hirel : Oui, j’imagine !

Valérie des jardins partagés : Du coup, cette année je compte en remettre mais à un autre emplacement. En clair, j’essaie de pratiquer la rotation des cultures.

Yannick Hirel : Ce qui n’est peut être pas forcément facile, non ? La rotation des cultures est un casse tête comme je le dis souvent. Enfin, personnellement, j’ai un peu de mal à la mettre en place.

Valérie des jardins partagés : Il est vrai que c’est plus facile pour moi car c’est une parcelle de 3 m² divisée en carrés et parce que j’ai noté l’année dernière ce que j’avais mis à tel et tel endroit. Du coup, une aussi petite surface permet de mettre facilement en place des rotations.

Yannick Hirel : Effectivement, il est préférable de bien noter car ce n’est pas forcément facile de se souvenir de l’emplacement de chaque culture au cours de l’année précédente.

Valérie des jardins partagés : Dans un premier temps, je prends des photos ce qui me permet de noter ce que je fais sur la parcelle et j’essaie d’alterner d’une année sur l’autre afin de ne pas replanter la même chose dans le même carré. Cette année j’ai le projet de remettre de la “Painted Lady” car je trouve ça fantastique mais aussi de la “Suzanne aux yeux noirs”.

Yannick Hirel : Super ça ! Et quelles sont tes plantes, tes légumes préférés ?

Valérie des jardins partagés : Et bien, j’aime beaucoup la blette que je trouve très jolie et cette année je compte mettre de la carde jaune pour changer un peu car l’année dernière, j’avais mis de la carde blanche et de la carde rouge.

Yannick Hirel : Afin de varier un peu c’est ça ?

Valérie des jardins partagés : Oui pour varier un peu. Je pense également mettre quelques salades comme la “Radichetta”, de la “cressonnette marocaine”.

Yannick Hirel : Oui, ce que tu m’avais présenté tout à l’heure, ça semblait très sympa !

Valérie des jardins partagés : J’ai également acheté une autre variété dernièrement chez Biocoop, c’est de la laitue à couper “langue de boeuf”.

Yannick Hirel : Ah oui, excellente variété ! Je l’a connais celle-ci. Et mets-tu également des tomates, des choses comme ça ?

Valérie des jardins partagés : Alors oui, avec mes semis c’est toute une histoire cette année car j’ai démarré une première tournée de semis et rien n’a marché.

Yannick Hirel : Ah oui ? Et tu les avais commencés à quelle période ?

Valérie des jardins partagés : En mars.

Yannick Hirel : C’était peut être un peu trop tôt car il faut généralement compter environ 6 semaines entre le semis et la plantation.

Valérie des jardins partagés : Tout à fait.

Yannick Hirel : C’est en faisant qu’on apprend. Moi même la première fois, c’était vraiment pas terrible.

Valérie des jardins partagés : Les semis de tomates, d’aubergines n’ont pas marché. J’étais déçue et puis, début avril j’ai recommencé et là … ça a marché !

Yannick Hirel : Il peut être judicieux de faire une deuxième tournée de semis qui prend plus facilement.

Valérie des jardins partagés : J’ai donc fait des semis “d’Osu blue”.

Yannick Hirel : Je connais cette variété et il me semble qu’un autre blogueur à testé cette variété mais je ne saurai pas te redire lequel.

Valérie des jardins partagés : J’ai fait des semis de tomate cerise “Délice du jardinier” provenant de semences Kokopelli.

Yannick Hirel : Mais alors, tu prends toutes tes semences chez Kokopelli aussi et tu fais partie de l’association ?

Valérie des jardins partagés : A l’ouverture du jardin, nous avons eu la chance d’avoir un don de Kokopelli ce qui nous a permis de nous constituer un stock de graines et à côté de cela, j’ai également un Biocoop à proximité dans lequel j’achète des graines.

Yannick Hirel : Ok, tu te fourni là-bas aussi donc tu as tout ce qu’il te faut pour faire tes semis …

Valérie des jardins partagés : Oui, j’ai ce qu’il me faut et les vendeurs de Biocoop sont très attentifs. On peut leur demander de commander des variétés non disponibles en boutique. Nous échangeons les graines avec ceux qui jardinent et bénéficions de leurs plants personnels.

Yannick Hirel : c’est vraiment un très bel échange qui est dans la lignée du jardinage.

Valérie des jardins partagés : Exactement, l’année dernière ils m’avaient donnés des plants de betterave “Chioggia” que je ne connaissais pas du tout.

Yannick Hirel : Super ça ! Du coup, ça t’a permis de gouter et est-ce que ça a bien poussé ?

Valérie des jardins partagés : Oui,je n’ai pas eu de problème, ça a très bien poussé.

Yannick Hirel : Un autre point que je trouve intéressant dans ce système de jardin partagé, c’est qu’étant donné qu’il y a plusieurs parcelles divisées et entretenues par différentes personnes c’est que cela fait une grande diversité de végétaux qui est assez importante car toi, tu cultives tel et tel plante, mais ton voisin de parcelle va cultiver d’autres types de végétaux et ainsi de suite. Et comme je le dis, c’est l’un des piliers de la réussite d’un jardin-potager bio. C’est vraiment la diversité des végétaux qui va permettre de favoriser l’équilibre et de rendre le potager (dans son ensemble) plus fort. Mais par rapport à cela, aviez-vous conscience de cette force ?

Valérie des jardins partagés : Je ne suis pas certaine que nous nous soyons posés ces questions à l’ouverture du jardin. Les jardiniers étaient pressés de cultiver leur parcelle. De plus nous avions la chance d’avoir des graines pour nous lancer. Cependant, je crois que maintenant, avec le recul, nous en avons davantage conscience car on s’aperçoit qu’il y a plusieurs variétés différentes. Certains jardiniers ont aussi achetés d’autres graines ce qui permet d’enrichir le jardin dans son intégralité.

Yannick Hirel : C’est vrai que je trouve cela très frappant en regardant l’ensemble du jardin partagé de Courbevoie, on s’aperçoit qu’il y a une très grande diversité de végétaux.

Valérie des jardins partagés : Effectivement et ceci pour un jardin qui démarre.

Yannick Hirel : Oui car le jardin a 2 ans si je ne me trompe pas ! Ce qui fait que vous commencez seulement votre deuxième saison et il est vrai que cela représente déjà une sacrée diversité de végétaux, ce qui est un gros gros point fort.

Valérie des jardins partagés : Cet hiver, nous avions différentes variétés de choux, romanesco, brocoli “Purple Cape”, de Milan, Kale … Nous avions une diversité extraordinaire.

Yannick Hirel : Ce qui fait de la diversité au potager mais aussi dans l’assiette.

Valérie des jardins partagés : Nous avons aussi plusieurs variétés de mâches, Elan, d’Etampes … En faite, Nous avons pour un légume plusieurs variétés.

Yannick Hirel : Justement en parlant de mâche, tu me fais penser que tout à l’heure tu m’avais parlé que vous laissiez beaucoup de chose monter en graine afin de les récupérer. Déjà, cette approche est hyper intéressante et du coup, pourrais-tu nous donner quelques conseils pour récupérer les graines de mâche (par exemple) ?

Valérie des jardins partagés : Oui, déjà il faut accepter d’immobiliser une partie de sa parcelle. Les jardiniers volontaires laissent monter en graines certaines variétés qui sont récoltées, tamisées et conditionnées pour alimenter notre stock collectif.

Yannick Hirel : C’est aussi dans le but de reproduire la variété ?

Valérie des jardins partagés : Exactement, et comme nous avons des semences reproductibles nous en profitons. !

Yannick Hirel : D’accord, et ensuite vous les redistribuez entre vous ?

Valérie des jardins partagés : Oui.

Yannick Hirel : C’est vraiment le jardin partagé dans son intégralité !

Valérie des jardins partagés : Oui et produire nos graines nous permet d’être assez autonome pour ne pas en racheter.

Yannick Hirel : Pour aller plus loin et pour ouvrir sur le concept des jardins partagés. J’ai un peu découvert tout ceci malgré que cela fait un moment que j’en entends parler mais je n’avais encore jamais visité un jardin partagé et je dois avouer que je trouve cela vraiment génial, ainsi que l’initiative de la ville de Courbevoie, alors du coup, ce genre de concept se développe un peu donc ma question est … Est-ce que tu connais d’autres jardin de ce genre dans la région, en France ? Et d’où vient ce concept ?

Valérie des jardins partagés : A ma connaissance, le concept des jardins partagés a démarré aux Etats-Unis avant d’arriver en France. Nous connaissions plutôt les jardins ouvriers ce qui est totalement différents des jardins partagés.

Yannick Hirel : Tout à fait !

Valérie des jardins partagés : C’est une démarche récente de la ville de Courbevoie qui a vraiment la volonté de développer les espaces verts et de végétaliser le plus possible.

Yannick Hirel : Cela dépend effectivement de la ville et de sa façon de voir.

Valérie des jardins partagés : Le jardin du château du Loir a ouvert en septembre 2013. Ensuite, un deuxième jardin a ouvert en avril 2014 en présence d’Hubert Reeves, ce jardin ayant reçu le label « Oasis Nature ». Il est situé dans le quartier Faubourg de l’Arche. D’autres projets sont en cours. La ville de Courbevoie est favorable au développement des espaces verts.

Yannick Hirel : Effectivement la ville semble vraiment très engagée dans ce sens !

Valérie des jardins partagés : Le dernier Courbevoie Magazine comportait un dossier sur les espaces verts et la végétalisation ce qui est vraiment une volonté de développer le côté végétale et durable.

Yannick Hirel : Et peut être que ce sera copié par toutes les autres villes de France ! Il y a surement d’autres villes qui sont axées sur ce genre de concept mais je trouve cela formidable de mettre les moyens pour développer ces zones végétales en pleine ville.

Valérie des jardins partagés : J’ai été très surprise du nombre de jardins partagés dans Paris, plus de 100.

Yannick Hirel : Ah oui ! C’est impressionnant, je ne le savais pas du tout ! Tu m’apprends beaucoup, cela pourrait être intéressant de faire quelques recherches afin de proposer d’autres interviews de ce type.

Valérie des jardins partagés : J’ai découvert à l’occasion d’une formation sur le compostage le jardin de Santerre, situé dans une résidence HLM et connue pour avoir été précurseur dans la mise en place d’un compostage collectif et auquel France info à consacré une chronique dernièrement.

Yannick Hirel : Ah oui ? ! C’est super intéressant bien que ce ne soit peut être pas forcément facile à mettre en place mais c’est une gestion des déchets vraiment collective dans la lignée des jardins partagés. Personnellement, j’aime beaucoup et je suppose que toi aussi ?

Valérie des jardins partagés : Je suis vraiment curieuse et contente de découvrir d’autres jardins partagés, de voir comment ils fonctionnent …

Yannick Hirel : En tout cas, je tenais à te remercier d’avoir partagé tout ceci avec nous et d’avoir pris de ton temps pour moi, pour cet interview. Je te souhaite une bonne fin de soirée et te dis à très bientôt car nous resterons surement en contact par la suite.

Valérie des jardins partagés : Merci à toi Yannick, avant de terminer, je souhaite remercier la ville de Courbevoie ainsi que l’association Espaces qui gère le jardin partagé de Courbevoie. Espaces travaille sur 3 nouveaux projets de jardins partagés à Sèvres, Chaville et Meudon. Ces jardins devraient ouvrir prochainement.

Yannick Hirel : Super info ! Du coup, si vous êtes dans le coin, que vous souhaitez participer à ce genre de projet, n’hésitez surtout pas à rejoindre ces jardins partagés, c’est en mairie qu’il faut se renseigner, c’est ça ?

Valérie des jardins partagés : En mairie et directement auprès de l’association ou sur son site internet.

Yannick Hirel : OK ! Comme je te disais je mettrai le lien ou plutôt différents liens que tu voudras insérer dans cet interview donc si vous écoutez aujourd’hui, n’hésitez pas à chercher dans le texte à la recherche des différents liens.

Valérie des jardins partagés : Merci beaucoup Yannick.

Yannick Hirel : C’est moi qui te remercie et à très bientôt.

Si vous souhaitez suivre le jardin de Courbevoie, je vous invite à suivre leur évolution sur leur compte facebook.

N’hésitez pas à partagé cet interview sur les réseaux sociaux afin de développer ce genre de concept partout en France et faire apparaitre de la verdure dans nos villes, je compte sur vous

The post Les jardins partagés de Courbevoie first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Aug 07 2015

30mins

Play

Rank #2: L’avis de Romain sur l’espace conseil

Podcast cover
Read more

Bonjour à toutes et à tous ! Vous l’aurez compris, les inscriptions à l’espace conseil débutent très bientôt. De ce fait, je vous propose aujourd’hui de découvrir l’avis de Romain du blog Tous au potager qui est un membre très actif et qui fait désormais partie de l’équipe en gérant une partie des services proposés dans l’espace conseil.

En laissant un commentaire en bas de page, vous recevrez l’intégralité de cet interview format PDF + Le vidéo de présentation de l’espace conseil + Le fichier audio dans votre boite mail

Cliquez sur le bouton lecture pour écouter le fichier audio ! Vous pouvez également le télécharger en cliquant sur “Download”.

Transcription texte de l’interview

Yannick Hirel : Bonjour et bienvenue dans ce nouveau fichier audio, je suis accompagné de Romain ! Alors bonjour Romain.

Romain Tous au potager : Bonjour à tous !

Yannick Hirel : Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs et lectrices ?

Romain Tous au potager : Pas de souci ! Alors je m’appelle Romain, je suis rédacteur sur le blog Tous au potager. Cela fait maintenant 2 ans que je blogue sur mon expérience du jardinage au naturel, j’y parle de mes expériences … et j’attends vos retours.

Yannick Hirel : Ok ! Du coup, cela fait déjà 2 ans que ton blog est ouvert et je suppose que tu reçois beaucoup de questions d’internautes à travers les commentaires, par e-mail …

Romain Tous au potager : Tout à fait ! Je reçois de nombreuses questions qui sont souvent assez redondantes. Généralement, nous avons tous les mêmes questions lorsque nous commençons à jardiner. Du coup, j’écris des articles pour répondre aux attentes de mes lecteurs et lectrices. Et pour aller un peu plus loin sur le sujet aussi.

Yannick Hirel : Tu as surement des articles phares sur ton blog ? C’est à dire qui sont les plus visités si tu en as en tête bien sûr ; de cette manière, cela permettra à nos auditeurs et auditrices d’aller les visiter.

Romain Tous au potager : C’est assez saisonnier, cela dépends vraiment de la période mais j’ai une petite série qui s’appelle “Bien débuter au potager” en 4 articles qui permettent de bien fixer les bases et qui fonctionnent plutôt bien !

Yannick Hirel : Très bien ! Je mettrai le lien vers la série afin de permettre aux internautes de se rendre sur ton blog pour bien commencer. Si cela n’est pas indiscret, quel est ton métier ?

Romain Tous au potager : Il n’y a pas du tout d’indiscrétion, je suis ingénieur au CNRS en écologie du paysage.

Yannick Hirel : Il me semble avoir lu quelque part sur ton blog ou autre que tu pratiques des choses dans ton potager que tu expérimentes dans ton métier aussi.

Romain Tous au potager : Tout à fait ! Car mon métier consiste à voir comment nous pouvons aménager le paysage afin de favoriser la biodiversité. Du coup, j’essaie de reproduire ce que j’observe dans mon métier dans mon potager. Par exemple, nous avons pu voir lors d’une étude toute simple que la présence d’arbre est primordiale pour l’accomplissement du cycle de vie des carabes et cela nous indique que dans un potager, il est important d’avoir quelques arbres.

Yannick Hirel : Ok ! Cela te permets aussi d’avoir un oeil professionnel dans ta pratique du potager personnel. Cela doit être très intéressant !

Romain Tous au potager : Tout à fait et même à l’inverse tous ce que je peux observer dans le potager me donne parfois des idées dans mon métier.

Yannick Hirel : Pour le côté professionnel, c’est sûr ! J’aimerai qu’on aborde également le sujet de l’espace conseil, si tu es d’accord car tu n’es pas n’importe qui dans cet espace, je dirai même qui tu joues un rôle très important.

Présentation de l’espace conseil : il s’agit d’un site internet entièrement privé dans lequel, j’ai mis en place différents services pour aider les internautes à progresser dans leur potager. Parmi ces services, il y a :

– Des conseils de saison en vidéo

– Des fiches pratique téléchargeable

– Une lettre d’information spéciale par mail

– Une messagerie interne et privé

– Un forum

Et pour rebondir avec toi Romain, et bien tu gères complètement le forum de cet espace conseil ! Tu fais donc partie de l’équipe ; pourrais-tu nous expliquer comment tu gères cette partie de l’espace conseil “forum” ?

Le forum de l’espace conseil

Romain Tous au potager : Pas de souci ! Du coup, suite à ta demande de rejoindre l’équipe, j’ai accepté avec un grand plaisir et globalement je me rends dans l’espace conseil chaque jour pour voir s’il y a une nouvelle question qui a été posé … J’essaie donc d’y répondre le plus vite possible. Il arrive parfois que les questions me dépassent un petit peu. Dans ce cas, je fais des recherches complémentaires et avec mes connaissances + mes quelques recherches, j’apporte la réponse la plus pertinente possible et souvent, il y a aussi des discussions passionnante qui s’en dégage avec des rebondissement de la part des autres membres de l’espace conseil, ce qui est vraiment très intéressant !

Yannick Hirel : Tout à fait d’accord et ce que j’aimerai ajouter par rapport à toi, c’est que tu es hyper réactif ! C’est d’ailleurs cela qui m’a fait me dire “Il me le faut dans l’équipe !”

Romain Tous au potager : Je te remercie.

Yannick Hirel : C’est vrai que tu es super réactif, tu le fais vraiment vivre et tes réponses sont tout simplement génial ! On voit que tu es professionnel dans ton métier aussi et que tu sais de quoi tu parles. Je pense que les autres membres qui vont probablement écouter cet interviewé seront d’accord avec moi en disant que tu es un élément indispensable au sein de l’espace conseil et …

Romain Tous au potager : Juste pour revenir sur la rapidité, je pense que c’est vraiment indispensable car comme nous avons pu le voir, généralement nous avons des questions concernant des demandes de conseils d’urgences avec par exemple des membres qui font leurs semis qui se mettent à filer … Donc c’est vrai que si nous ne répondons pas dans la journée ou rapidement, il y a de forte chance pour que tous soit perdu.

Yannick Hirel : C’est vrai ! Je suis tout à fait d’accord avec toi et dans la majorité des cas, la section du forum “besoin de conseil en urgence” qui reçoit le plus de sujet … Moi-même il m’est arrivé de poster des sujets par rapport aux difficultés que j’avais auxquelles tu répondais.

Romain Tous au potager : Je ne dis pas avoir tout le temps la bonne réponse mais je transmets ce que j’ai pu observer et qui fonctionne chez moi donc j’espère que c’est également applicable dans les autres jardins.

Yannick Hirel : Tout à fait car dans le jardinage, il y a toujours cette part de conditions de culture … Ce que j’ai voulu faire avec le simili forum de l’espace conseil, c’est de faire une sorte de synergie, de partage de différentes solutions par rapport aux différents problèmes que nous sommes tous potentiellement susceptible de rencontrer en tant que jardinier amateur. Et étant donné qu’il y a pas mal de membres actifs, c’est toujours intéressant d’avoir les différents avis et conseils. C’est aussi cela qui est intéressant mais c’est vrai que toi tu reste un professionnel et tu sais de quoi tu parles.

Romain Tous au potager : Oui, je ne suis pas non plus un professionnel du potager, disons que j’ai juste quelques connaissances de part mon travail.

Yannick Hirel : Sinon, pour continuer un peu sur les autres services de l’espace conseil. De mon côté, je gère toute la partie vidéo, fiches PDF et le reste. J’aurai voulu savoir ce que tu en pensais ; Dans un premier temps, prenons l’exemple des vidéos. Qu’en penses-tu ? Tas pu les consulter, si tu as un petit retour à me faire, des suggestions et améliorations que je pourrai apporter dans mes vidéos …

Déjà plus de 50 vidéos publiées

Les vidéos de l’espace conseil

Romain Tous au potager : Au niveau des vidéos, j’en ai effectivement consulté un certain nombre, je crois même presque toutes ! Ce que je peux en dire, c’est qu’elles sont vraiment très pédagogique. C’est vraiment le gros point positif. Elles sont destinées essentiellement aux débutants, c’est sûr. Du coup, on apprends très rapidement ce que nous devons savoir et le format vidéo permets aussi d’avoir un visuel des gestes, des pratiques … c’est intéressant d’avoir tout ceci en vidéo ! Sans oublier que le discours est très facilement compréhensible. En gros, il n’y a pas besoin d’avoir 10 ans d’expérience de jardinage pour comprendre et ça c’est parfait !

Yannick Hirel : Oui, c’est vrai ! J’essaie de … Enfin, déjà personnellement, je suis comme ça j’essaie d’utiliser un langage très simple que je comprends déjà moi-même.

Romain Tous au potager : Tout à fait !

Yannick Hirel : Et tu penses qu’il y aurait quelques petites choses à améliorer sur le format vidéo de l’espace conseil ? Pour les prochaines sessions d’ouvertures …

Romain Tous au potager : Sur le format en lui-même, je dirai NON mais peut être plus de diversité de sujet à aborder mais ça c’est le temps que ça se monte.

Yannick Hirel : C’est sûr ! Je retiens et je note ça … Plus de diversité de sujet ! Pour continuer, que penses-tu des fiches PDF à télécharger ? Mise à part les fautes d’orthographes !

Déjà plus de 35 fiches en ligne

Les fiches PDF téléchargeables

Romain Tous au potager : Les fiches ont pour avantages d’être très concise, on ne passe pas 1 heure à lire la fiche pour comprendre ce qu’il y a à comprendre et idem, elles sont très portées application ! Il n’y a pas de blabla sur les théories qui parfois perdent du temps pour pas grand chose. On trouve l’info rapidement et je pense que c’est très important dans ces fiches PDF.

Yannick Hirel : Tout à fait ! Il me semble que c’est Guillaume qui me disait que dès qu’il avait une petite question qu’il se posait, il se rendait dans le glossaire des fiches PDF de l’espace conseil, consultait la fiche et tac, il avait son infos ! C’est ce qu’il m’avait fait comprendre. D’ailleurs j’en profite pour lui passer le bonjour : bonjour Guillaume !

Enfin, c’est facilement consultable, rapide, les fiches font environ 2-3 pages paysages pour faciliter la lecture voir 4 grands maximums.

Romain Tous au potager : C’est ça !

Yannick Hirel : Aurais-tu également des idées de sujets qui pourrait être intéressant à aborder par rapport aux prochaines fiches car, nous avons déjà plus de 35 à l’heure actuelle voir 40 ! Ca commence à faire pareil au niveau des vidéos nous étions à environ 50 de publiées depuis le mois de Mars, c’est plutôt pas mal mais si tu as des idées, je suis preneur !

Romain Tous au potager : Je pense qu’une chose qui serait bien et cela me fait pensé aux sujets qui marche bien sur mon blog, c’est tout les trucs détaillés pour faire tel ou tel semis. Par exemple, pour faire un semis de petit pois ou une plantation de bulbe d’ail. Je verrai bien des fiches là-dessus qui seraient très synthétiques, à vocation d’être imprimé et emportées dans le jardin-potager pour réaliser la plantation ou le semis afin de les faire dans les meilleurs conditions possibles.

Yannick Hirel : Tout à fait ! J’avais justement commencé à faire des fiches un peu légumes et effectivement, il faudrait que je profite de l’hiver pour compléter cette collection de fiches pour tel ou tel plantes, ou tel et tel semis. Je suis bien d’accord avec toi.

Romain Tous au potager : Ensuite, si tu as besoin de photo ou autre, n’hésite pas ! Sur les articles que j’ai pu faire, il s’appelle tous un peu pareil “Quand et comment …” Si tu as besoin d’une série de photo, n’hésite pas à les prendre, elles sont complètement ouverte pour toi !

Yannick Hirel : OK ! Et bien pas de souci, je te remercie ! C’est sympa. Comme vous pouvez le voir, je m’adresse à nos auditeurs et auditrices, avec Romain on a une superbe entente et ce n’est pas la première fois que nous avons l’occasion de travailler ensemble parce qu’au tout début de nos créations de blog, nous avions également lancé un projet sur quoi faire au potager mois par mois. On a déjà travaillé ensemble et ça se voit !

Romain Tous au potager : C’est important car nous avons chacun nos spécificités et même, par exemple pour les photos, on ne pense pas toujours à en prendre, à emmener l’appareil dans le jardin. De ce fait, on peut ensuite s’échanger les photos comme ça !

Yannick Hirel : C’est clair ! Personnellement, j’ai ce gros défaut de ne pas penser à emmener l’appareil au potager, c’est souvent après que je me dis “mince, j’aurai du prendre ça en photo” Bon maintenant, j’essaie aussi de me discipliner, je garnis un peu plus mes articles de photos …

Romain Tous au potager : Je crois que nous sommes tous un peu pareil là-dessus. Parfois on a tellement hâte d’être au potager, qu’on oublie de prendre le matériel.

Yannick Hirel : C’est exactement ça et même pour certains insectes, on a parfois la chance d’en observer et le temps d’aller chercher l’appareil et bien … ils sont déjà parties !

Romain Tous au potager : Oh oui ! Les insectes ne restent pas bien longtemps en générale.

Yannick Hirel : Personnellement, j’ai pas mal de Cétoines mais je n’ai encore jamais réussis à les prendre en photo. Par contre, les larves de cétoines j’ai déjà réussis à les prendre en photo !

Romain Tous au potager : Oui ! Ca bouge moins vite ! Pour moi, c’est un peu pareil avec les chrysopes, ça fait 2 ans que j’en vois dans mon jardin, c’est plutôt un bon signe car, cela faisait longtemps que je n’en avais pas observé mais pareil, je n’arrive pas à les prendre en photo.

Yannick Hirel : C’est toujours la difficulté effectivement ! Et bien écoute, je tiens à te remercier de ton retour sur l’espace conseil, je pense qu’ c’est toujours très intéressant d’avoir des retours, des témoignages … La dernière fois, j’avais lancé un petit sondage pour savoir ce qu’en pensaient les autres membres et d’un point de vue générale, tous le monde semble très satisfait !

Ce qui est assez encourageant pour une prochaine ouverture qui se fera surement courant décembre pour les périodes de noël !

Romain Tous au potager : J’aurai donc du travail en décembre alors !

Yannick Hirel : Voilà ! Du coup, je te l’annonce en même temps, c’est vrai que je ne te l’avais pas encore dit ! Mais je suis en train de préparer pas mal de petite chose et je te tiendrai au courant.

Romain Tous au potager : Ok pas de souci !

Yannick Hirel : Aurais-tu un petit mot à dire à nos lecteurs et lectrices ? Un petit message à faire passé aux autres membres de l’espace conseil et bien vas-y ! Je te laisse le micro !

Le mot de la fin

Romain Tous au potager : Très bien, je te remercie. Ce sera assez rapide, je vous souhaite de rejoindre le plus vite possible l’espace conseil pour que nous puissions se retrouver dessus pour commencer des discussions qui seront très passionnantes et constructives pour nos potagers. Je vous attends donc dans l’espace conseil ! Je vous dis à très bientôt du coup !

Yannick Hirel : Je te remercie Romain d’avoir pris de ton temps pour m’accorder cet interview. Je souhaite une excellente journée à tous nos lecteurs, lectrices ainsi qu’à toi Romain. A très bientôt, comme Romain l’a dit, sur l’espace conseil !

Laissez un commentaire pour recevoir par mail l’intégralité de cet interview format PDF + la vidéo de présentation + Le fichier audio

The post L'avis de Romain sur l'espace conseil first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Nov 24 2014

15mins

Play

Rank #3: Que faire au potager pendant l’hiver ?

Podcast cover
Read more

Nous pourrions penser que l’hiver est une période de repos pour le jardinier, qu’il va pouvoir se mettre tout prêt du feu à attendre que cette saison froide se passe. Cependant, je pense justement que votre prochaine saison au potager se prépare l’hiver. Rassurez-vous, je ne parle pas de la préparation de la terre ou alors de faire vos semis dans la neige, loin de là ! Je pense plutôt à l’ensemble de l’organisation du potager. Petit tour d’horizon des différentes choses que vous devez faire dès cet hiver.

Cliquez sur le bouton lecture (petit triangle sur la gauche) pour lancer la lecture du fichier audio, ou alors sur le bouton “play in the new windows” pour écouter le fichier audio dans une nouvelle fenêtre.Vous avez également la possibilité de télécharger ce fichier audio en cliquant sur “download”.

Le calendrier de culture

Lorsque j’ai compris l’importance de faire et surtout d’appliquer un calendrier de culture, mes récoltes ont été plus échelonné, mieux organisé et beaucoup plus étalé dans la saison. Clairement, cela va vous permettre d’organiser votre saison du début à la fin, de A à Z ! L’idée principale est de savoir en amont ce que vous allez semer, planter et faire suivre derrière tel ou tel récolte. Vous devez voir ce calendrier comme “une frise chronologique” qui va vous permettre de vous repérer dans la saison et de savoir ce que vous aviez prévue de faire à l’instant T !

A la fin de la journée, vous pouvez avoir votre calendrier de culture entre vos mains prêt à être appliqué afin d’obtenir plus de récoltes quasi toute l’année en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour créer votre calendrier de culture facilement

Le plan du potager

Pour vous aider au mieux dans cette étape essentielle pour bien préparer, organiser, comptabilisé vos plants … Je vous ai retrouvé une ancienne vidéo sur ma chaine youtube dans laquelle je réalise pour vous un plan type de potager. La qualité visuelle de cette dernière n’est pas franchement excellente car à cette époque, je tournais mes vidéos avec la webcam ! Cependant et depuis quelques temps maintenant, je tourne avec une caméra pour vous offrir une meilleur expérience.

Les échanges de graines et la sélection

Le gros avantage de disposer de variétés anciennes est que vous allez non seulement pouvoir récolter les graines d’une année sur l’autre, tout en prenant garde aux hybridations pour certains végétaux, mais cela va vous permettre d’effectuer des échanges avec d’autres jardiniers.

Je vous invite également à profiter de l’hiver pour faire votre sélection de graines, en prenant en compte les différents éléments que je vous présente au sein du fichier audio présent dans cet article.

Comme vous pouvez le voir, le travail du jardinier pendant cette période se doit d’être le plus complet possible car c’est à partir de là que ce joue et se dessine votre prochaine saison au potager. Personnellement, j’ai mis beaucoup de temps à comprendre ce que cela pouvait changer dans mon potager, mais croyez moi, votre meilleur façon d’augmenter vos récoltes, d’en avoir sur une plus longue période de l’année est d’organiser votre saison.

Courge musquée de Provence de 7 kilos 200 grammes et des tomates qui ont donné jusqu’en Octobre.

Si vous avez aimé les conseils d’aujourd’hui, partagez-les autour de vous et laissez moi un petit commentaire pour me donner vos retours et suggestions. C’est toujours un plaisir de vous lire

The post Que faire au potager pendant l'hiver ? first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Oct 20 2014

8mins

Play

Rank #4: L’importance dun calendrier de culture

Podcast cover
Read more

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je voudrais vous faire un retour de l’une de mes expériences qui consistait à suivre A LA LETTRE un calendrier de culture, mais pas seulement ! Restez avec moi jusqu’au bout de l’article pour découvrir une belle surprise

Pour être franc, les autres années je réalisais mon calendrier de culture un peu à la va-vite, sur un vulgaire bout de papier que je finissais par oublier et surtout ne plus suivre dans mon potager une fois arrivé au quart de la saison.

Le podcast

Cliquez simplement sur le bouton lecture pour écouter le fichier audio, vous pouvez également le télécharger sur votre ordinateur pour l’écouter plus tard en cliquant sur “Download”.

Le début ? Un défi !

Au début de cette saison 2014, j’ai décidé de créer et de suivre réellement (parfois en me faisant un peu violence ) ce fameux calendrier de culture afin de comparer les résultats et voir ce que cela m’apporterai en plus dans mon potager. Je me demandais surtout s’il était possible d’augmenter mes récoltes en organisant, planifiant à l’avance l’intégralité de ma saison. C’est à dire en structurant mes petites connaissances mais aussi en essayant d’appliquer ce que j’ai pu découvrir et apprendre au cour de ces dernières années de jardinage.

Regrouper les connaissances

Il faut être honnête, le monde du jardinage est remplie d’astuces, de conseils tous différents et de techniques à prendre ou à laisser. Je pense que vous connaissez toutes et tous les solutions tel que :

1/ De jouer sur la précocité des plantes afin d’étaler les récoltes dans le temps.

C’est par exemple le cas des tomates qui peuvent se diviser en 3 grands groupes qui sont :

les variétés précoces qui offrent des récoltes entre 50 et 70 jours après la plantation. C’est le cas des Marmande, de la Grégory Altai ou encore de la Black Zebra Cherry.

Les variétés de mi-saison qui vous donneront leurs fruits entre 60 à 90 jours après la plantation. Parmi les plus connu, nous trouvons l’Ananas Noire, La Cornu des Andes ou alors la Noir de Crimée.

Les variétés tardives qui correspondent (la plupart du temps mais pas toujours) aux grosses tomates et qui produiront entre 80 et 100 jours après la plantation. Vous trouverez la fameuse Coeur de Boeuf, l’Ananas ou alors la Doucette de Fougère.

2/ D’échelonner les semis tel que les radis, les betteraves ou encore les salades

Concrètement, l’idée est de définir une planche qui sera réservé à une culture à échelonner et de bien respecter son calendrier de culture !!!

Ici, la première rangée a été semé en première, la seconde rangée aura été lancé 15 jours plus

tard et la troisième le sera encore 15 jours plus tard. En fin de saison, je sème volontairement un dernier rang que je vais laissé monter en graine afin de les récupérer.

3/ Et le plus important qui consiste à faire suivre les cultures les unes derrière les autres

C’est justement ce point que j’ai essayé de développer au cours de ces dernières années. Non seulement pour agrandir ma saison mais surtout pour augmenter la productivité de mon potager. Je veux parler des légumes primeurs qui pour la plupart peuvent nous offrir des récoltes avant les premières plantations de l’été.

Le tout est de savoir à partir de quand les réaliser et dans quelles conditions !

La sortie d’une nouvelle formation

Comme je vous l’annonçais au début de cet article, j’ai une nouvelle à vous annoncer ! Depuis que j’ai compris l’importance de suivre un calendrier de culture et surtout que j’ai vu les résultats que cela pouvaient apporter dans mon potager bio :

J’ai créé pour VOUS une mini-formation dans laquelle, je vous explique comment mettre en place votre calendrier à partir d’une liste d’envie avec des conseils, astuces, les erreurs à éviter … pour vous donner toutes les cartes en mains.

Augmenter vos récoltes simplement en suivant votre calendrier de culture d’une année sur l’autre.

Je n’ai pas encore tout à fait fini cette formation mais je peux déjà vous annoncer la date officielle de sa sortie qui se fera le 1 Octobre 2014.

Notez bien cette date car généralement la sortie d’un nouveau livre ou d’une nouvelle formation est accompagnée d’une belle promo !

En attendant, laissez moi un commentaire ci-dessous pour me dire si vous avez des attentes particulières pour cette formation. Je vous lirai avec un grand plaisir (comme toujours )

.

.

.

The post L’importance dun calendrier de culture first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Sep 01 2014

11mins

Play

Rank #5: Que semer et planter en août au potager

Podcast cover
Read more

Nous y voilà, l’un de mes mois préférés où le soleil est normalement au top de sa forme et où les récoltes au potager vont être des plus abondantes ; mais pour cela, il vous faudra continuer à semer, plante et entretenir correctement votre potager, ce qui sera l’une des clés de sa productivité. Exactement, comme pour le mois précédent, je vous conseille d’échelonner vos semis et plantations, de penser à récolter au fur et à mesure afin de profiter de vos bons légumes bio que vous avez probablement fait poussé de la graine à l’assiette. Voici donc la liste complète des semis et plantations possible en août au jardin-potager

La liste des semis à faire au potager

L’une des difficultés avec les semis à cette saison reste la chaleur et le sol qui peut être un peu trop sec pour faciliter la germination. L’idéal est d’écarter le paillage pour accéder à la terre afin de la gratter légèrement en surface pour casser l’éventuelle croûte qui aurait pu se former. À partir de là, vous pourrez ainsi creuser votre sillon pour déposer vos graines. A ce stade et par la suite, il ne faut pas oublier d’arroser pour maintenir le sol humide (sans excès bien entendu). Dès lors que les jeunes plantes auront atteint une bonne hauteur, vous pourrez rabattre le paillis autour.

  • Le persil
  • Les oignons blancs
  • L’arroche
  • Le haricot (Dans les régions au climat doux)
  • Le radis
  • Tout ce qui est de la famille des choux

À propos des choux : je vous suggère la lecture de deux articles du blog. Le premier pour vous aider à bien cultiver les choux pommés et le second consacré aux différents ravageurs qui s’attaquent aux choux.

Que planter au potager en août ?

Au niveau des plantations en août, et comme pour les semis, il sera impératif d’arroser de manière régulière (presque chaque jour) suite à la plantation, de manière à faciliter la bonne reprise des plantes. Dès lors que ces dernières sont bien installés, vous pourrez commencer à espacer les apports en eau au fur et à mesure, sans oublier d’ajouter le paillage autour de vos cultures qui, à cette période de l’année est essentiel. Pour revenir à la liste des plantations…

Les plantes aromatiques en générale avec :

Ensuite, vous pouvez planter :

  • Le céleri
  • Les choux
  • Le poireau
  • Les oignons jaune et rouge
  • La salade

Entretenir son jardin en août

  • Tailler les haies comme les thuyas
  • Penser à arroser le potager surtout lors des fortes chaleurs
  • Continuer à pincer les aubergines, poivrons, piments, melons, concombres, cornichons, les courges coureuses sans oublier de retirer les gourmands des pieds de tomates
  • Une chose que je fais personnellement, c’est d’installer des petites planches sous les légumes qui touchent le sol comme les courgettes… Cela évite qu’ils s’abîment !!
  • On peut aussi tailler les aromates ce qui les « forcent » à reproduire de nouvelles pousses.
  • Biner la surface du sol afin de casser l’éventuelle croûte qui se forme en surface, ce qui favorise l’infiltration de l’eau que vous apportez.
  • Tailler la lavande
  • Retourner le compost régulièrement à l’aide d’une fourche-bêche et penser à l’arroser de temps en temps.
  • Retirer les mauvaises herbes et les mettre au compost ou au pied de vos cultures en guise de mulch
  • Récolter et conserver vos bons légumes fraîchement récoltés du potager
  • Butter poireaux et choux
  • Renouveler les paillis
  • Pincer les tiges des légumes feuilles pour éviter la montée en graine
  • Tailler les fruitiers à pépins et noyaux

Pour conclure

Il me semble avoir fait le tour des semis et plantations possible en ce moment au potager. Dites-moi dans les commentaires, ce que vous allez semer chez vous… Mais aussi n’oubliez pas de partager cette liste autour de vous, auprès de vos amis jardiniers, je suis sûr qu’ils / elles vous remercieront mille fois de votre partage.

The post Que semer et planter en août au potager first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Aug 01 2013

12mins

Play

Rank #6: Quoi semer et planter au mois de juillet au potager naturel

Podcast cover
Read more

Comme beaucoup de jardinier et si vous êtes aujourd’hui sur cette page, c’est très probablement parce que vous vous demandez que semer et que planter en ce mois de juillet. Comme chaque mois, je vous propose la liste complète (à partager) des semis et plantations possibles. Cependant, au delà de cette liste, je vous suggère d’intégrer ceci à un calendrier de culture que vous pouvez également combiner à un plan de jardin, saison par saison. Ce qui permet d’obtenir un potager organiser, correctement planifier avec des récoltes échelonnées …

Que semer au mois de juillet dans un potager naturel ?

Au sujet des salades et laitues : Saviez-vous qu’il est possible d’en récolter presque toute l’année ? Pour cela, il faut seulement bien choisir les variétés de salades selon la saison. Bien entendu, il faut également réussir le semis car, selon la période, ce n’est pas toujours simple, les salades ont tendance à rapidement filer. Il faut essayer de conserver dès le début un milieu assez humide. Pour offrir le bon support et juste ce qu’il faut en terreau, je vous propose de découvrir la fabrication maison d’un presse-motte.

Concernant les betteraves et les radis : Je vous arrête durant la lecture de la liste pour vous apporter quelques précisions sur les semis de radis et les semis de betteraves. Ces deux légumes peuvent parfaitement être échelonnés sur une assez longue période de l’année. Un potager productif réside dans votre capacité à justement planifier, organiser et échelonner l’ensemble de vos semis, ce qui peut vous permettre d’obtenir des récoltes régulière d’une même plante. Il est également possible et je vous le recommande de diversifier les variétés de radis et de betteraves à chaque nouveaux semis, ce qui évite de vous lasser avec le temps, mais aussi, cela vous permet de découvrir de nouveaux goûts.

A propos du semis d’épinard à cette période de l’année : Les épinards ont tendance à très rapidement montée et supporte assez mal à sécheresse, la chaleur … De ce fait, je l’ai tout de même placé dans cette liste de semis possible en juillet mais sachez que personnellement, je vous suggère plutôt d’opter pour ce semis en début de saison et en fin de saison, après vos cultures d’été. Les conditions météos sont beaucoup plus propices à la réussite de ce légume feuille à croissance rapide.

  • Le chou brocoli
  • Le chou frisé
  • Le chou rave

Les ravageurs sur les choux : Chaque année, je reçois beaucoup de questions à propos des ravageurs qui s’attaquent aux choux … Et faut être honnête, il y en a pas mal ! De ce fait, j’ai essayer de regroupé ces derniers dans une liste des ravageurs du chou. N’hésitez pas à aller la consulter, je devrais bientôt écrire des articles sur chacun de ces nuisibles et les méthodes biologique pour les éloigner et / ou s’en débarrasser.

Que planter au moins de juillet dans le jardin ?

La liste est assez petite, la grande majorité des plantations ont normalement été réalisé plus tôt, maximum au cours du mois dernier. Cependant, il est encore possible de planter les légumes suivants …

L’ensemble des choux avec …

  • Chou de Bruxelles,
  • Chou vert
  • Chou Brocoli
  • Chou Rave
  • Chou fleurs
  • Chou Chinois (qu’il est aussi possible d’ajouter à la liste des semis)

Les plantes aromatiques avec …

La liste des entretiens à apporter aux cultures en place

Parmi les soins à apporter aux plantes : On peut lister un grand nombre de chose au delà de tailler, pincer et prendre soins des végétaux. Cela passe par exemple par les apports de purin de consoude ou de purin d’ortie qui vont renforcer les plantes, favoriser leur floraison et fructification. Il faut également surveiller les plantes potagères et le potager dans son ensemble pour éviter le développement de certaines maladies cryptogamiques tels que le mildiou, l’oïdium etc … sans oublier la potentiel présence de ravageurs et en fonction de votre seuil de tolérance envisager les moyens de lutte biologique.

  • Protéger les fruits comme les fraises qui peuvent être dévorées par les oiseaux.
  • Arroser le soir de préférence à la fraîche afin que les plantes puissent assimiler plus facilement.
  • Désherber et réutiliser les adventices en mulch
  • Vérifier le paillage et le compléter si cela est nécessaire
  • Récolter vos fruits et légumes arrivés à maturité
  • Butter les haricots et les choux afin de favoriser l’ancrage des plantes dans le sol
  • Pincer les tiges des légumes feuilles afin de retarder la montée en graine
  • Tailler les lianes et arbres fruitiers

Pour conclure

J’espère que vous commencez à obtenir de belles et généreuses récoltes de légumes bio dans votre potager en permaculture ! Je vous propose de m’en parler dans les commentaire ou également à utiliser ces derniers pour compléter ma liste et / ou poser vos questions, vos suggestions etc … C’est toujours très intéressant de vous lire ! Je vous donne rendez très bientôt Au potager bio.

The post Quoi semer et planter au mois de juillet au potager naturel first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Jul 03 2013

9mins

Play

Rank #7: Quoi semer et planter au mois de Juin au potager bio

Podcast cover
Read more

Nous y voilà ! L’été au potager s’installe … Normalement, vos plantes sont en train de se développer et produire, certaines commencent même (normalement) à vous offrir leurs récoltes. Cependant, dans votre calendrier de culture, vous pourriez être en train de vous demander que semer et/ou planter en ce moment dans votre jardin-potager ? Car, la liste est encore longue même si la plupart des légumes sont déjà en place. Certains semis et certaines plantations peuvent être échelonnés car, quoi de mieux que d’avoir des récoltes étalées et régulières dans le jardin. Vous trouverez donc ci-dessous la liste complète des semis et plantations possible en juin dans votre jardin-potager + la liste des entretiens à apporter aux cultures en place …

Que semer en juin dans un potager en permaculture ?

Concernant la culture des radis : Si vous débutez dans le jardinage, le radis est LA culture idéale pour apprendre à échelonner les semis. Malgré qu’on considère très souvent cette culture comme “facile”, vous êtes visiblement nombreux(ses) à rencontrer des difficultés avec ce légume racine. Si vous êtes dans ce cas, je vous suggère la lecture de cet article consacré aux radis qui ne grossissent pas. De même, nous avons souvent tendance à ne cultiver qu’une seule variété de radis (généralement les radis 18 jours) très classique. Cependant, saviez-vous qu’il existe une multitude de variétés très différentes que vous pourriez tester et qui peuvent vous offrir des récoltes presque toute l’année ? Voici une liste de variétés anciennes de radis.

  • L’arroche
  • Le chou brocoli
  • Le chou frisé
  • Le chou rave

Pour ceux qui ont pris un peu de retard. En début de mois, il est encore possible de semer

  • Le concombre
  • Le cornichon
  • La courge
  • La courgette
  • Le maïs doux
  • Les engrais verts

Petite précision sur le maïs : L’un des associations (assez connu désormais) est celle des 3 soeurs. Il s’agit d’une association allélopathique très ancienne à travers laquelle, on combine trois plantes potagères qui vont mutuellement s’apporter des avantages. On l’a compose généralement de maïs qui sert de tuteur naturel aux haricots à rame grimpant. Ces derniers de part leur particularité de légumineuses vont capter l’azote atmosphérique de l’air afin d’en restituer une partie dans le sol, ce qui sera bénéfique non seulement au maïs mais aussi à la troisième plante qui est très souvent une courge servant de plante couvre-sol. Ce qui a l’avantage de conserver une bonne fraicheur de la terre (profitable à l’ensemble des 3 plantes).

Pourquoi faire un semis d’engrais vert en juin ? Les engrais verts sont des plantes à croissances rapides qui apportent (selon la famille d’engrais sélectionnée) des avantages au niveau du sol, dans sa structure, son humus etc … Dans la grande majorité des cas, on sème ce type de plante en tout début du printemps par exemple, avant une culture de tomate, de piment ou encore d’aubergine. On peut également semer des engrais verts à l’automne pour fabriquer une couverture végétale qui restera en place tout l’hiver. Cependant, on peut aussi semer des engrais verts sur les parcelles non occupées du potager. Ce qui présente plusieurs avantages dont d’éviter le matraquage, de laisser le sol à nu ou encore de concurrencer la pousse des adventices qu’on qualifie, dans le langage du jardinier, de “mauvaises herbes”. Pour aller plus loin, je vous invite à consulter cet article de blog sur la phacélie à feuilles de tanaisie.

L’importance du calendrier de culture : A travers cette liste, je ne prend pas forcément en compte votre région et son climat, ni même votre planification générale. Ce point est d’ailleurs assez important si vous débutez et que vous souhaitez récolter davantage dans votre potager car, chaque plante a ses propres périodes de semis favorables qui peuvent parfois, s’étaler sur plusieurs mois. Cependant, dans la conception de votre design ou plan de jardin ainsi que dans votre calendrier de culture, il est intéressant de “découper” votre saison en 3 périodes avec les légumes primeurs (dont font partie les semis de navet), les légumes d’été et pour finir les légumes d’hiver tels que la mâche qui peut effectivement être semé actuellement mais qui sera bien mieux à cultiver après les fruits d’été, en fin de saison. recouvrant l’intégralité des parcelles précédemment occupées. Sans oublier sa résistance au premier froid qui fait que cette verdure devrait plutôt être semer plus tard.

Que planter en juin au potager biologique ?

Ici, plusieurs plantations peuvent encore être faite au potager. Normalement, tout est plus ou moins en place … Cependant, si vous êtes légèrement en retard sur votre planification ou que vous n’avez pas encore libéré vos parcelles des légumes primeurs. Il est encore possible de planter beaucoup de choses (De préférence, au cours de la première semaine de juin). Voici la liste complète des plantations encore possible

Petite aparté sur la culture en serre

Beaucoup de jardinier disposent d’une serre au potager, ce qui permet bien entendu d’agrandir les saisons mais aussi d’offrir des conditions de cultures optimales aux plantes qui réclament beaucoup de chaleur pour produire et se développer. Cependant, une serre limite mais ne protège pas intégralement les plantes potagères du développement de certaines maladies tels que le mildiou ou encore l’oïdium. Sur ce point, je vous propose la lecture de cet article consacré à la culture en serre.

La liste des entretiens à apporter aux cultures en place

  • Commencer à éclaircir les légumes racines semés le mois dernier comme les carottes, les panais, les radis …
  • Retirer les gourmands des tomates, tailler les melons, potirons, concombres …
  • Butter les pommes de terre et haricots (Pour les pommes de terre, cela permet de développer leur système racinaire et par conséquent d’augmenter la quantité produite. Pour les haricots, cela permet d’offrir un meilleur ancrage dans le sol)
  • Vérifier le paillage et complétez-le si nécessaire en utilisant la technique du mulching
  • Penser à protéger les fraises des oiseaux
  • Tailler les branches mortes des framboisiers
  • Arroser de manière régulière les légumes feuilles pour retarder (ou éviter) la montée en graine trop précoce
  • Eclaircisser les fruits des fruitiers s’ils sont trop abondant afin de ne pas épuiser l’arbre surtout au début de sa vie
  • Echelonner les semis qui peuvent l’être tels que les salades, les radis, les betteraves etc … pour récolter de manière étalée
  • Faire des apports de purins d’orties et de purin de consoude aux plantes qui en ont besoin de manière à les fortifier

Précision sur le purin d’ortie et le purin de consoude

Ces deux préparations sont très complémentaire car, le purin d’ortie va stimuler le feuillage et renforcer la plante. Un beau feuillage va favoriser la production de photosynthèse et par conséquent la production de sève élaborée qui sera bénéfique à l’ensemble de la plante. Tandis que le purin de consoude, va plutôt avoir un côté stimulant dans la production des fleurs et donc des fruits par la suite. L’une des stratégies pouvant être adoptée est d’alterner ces deux purins et dès lors que la plante est bien partie, suffisamment développée, tout simplement stopper les apports de purin d’ortie afin que la plante se concentre désormais sur la fructification.

En guise de conclusion : Les fleurs à semer / planter en juin

Pour commencer, parlons des entretiens … Les arrosages réguliers permettent bien entendu, de favoriser la floraison sur une plus longue période. A cela s’ajoute pour les plantes vivaces, de retirer les fanes au fur et à mesure pour relancer la production de nouvelle pousse et des fleurs. Il est également encore possible de semer en pleine terre certaines annuelles (bien qu’il commence à être un peu tard) tels que la capucine, le souci etc … Par contre, c’est la carte blanche pour l’ensemble des plantes à bulbes comme les bégonias, les dahlias etc …

Je vous invite à compléter cette liste via un commentaire et bien entendu, si vous avez des questions ou si vous souhaitez juste partager votre expérience, je vous laisse également mon clavier …

The post Quoi semer et planter au mois de Juin au potager bio first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

May 31 2013

11mins

Play

Rank #8: Quoi semer et planter au mois de Mai au jardin-potager en permaculture

Podcast cover
Read more

Si vous êtes sur cette page aujourd’hui, c’est probablement parce que vous vous demandez que semer et/ou planter en ce mois de mai au potager naturel ? Presque tout effectivement mais attention aux saints de glace très connu dans le domaine du jardinage (Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Gervais) avant de planter quoi que ce soit. Les dates du 11, 12 et 13 mai marquent la fin des potentielles dernières gelées et représentent, pour beaucoup de jardinier, le top départ de la saison d’été. A cette période de l’année, les récoltes de légumes primeurs sont presque prête à être récoltées et ce sera le bon moment de faire suivre les cultures d’été … Vous trouverez ci-dessous la liste complète des semis et des plantations possibles au mois de mai en permaculture

La liste des semis à faire en mai

La grande majorité des semis va désormais pouvoir se faire directement en pleine terre, le sol est normalement suffisamment réchauffé pour faciliter la germination de vos semences. Avant de semer … Personnellement, je profite de la première semaine de ce mois pour peaufiner mon plan de jardin ou design en permaculture. Normalement, les légumes primeurs devraient bientôt libérer l’espace. Ce qui me permet de commencer à réfléchir aux futurs emplacements de mes cultures d’été, dont les semis ont été préalablement planifié dans un calendrier de culture. Voici la liste des légumes que vous pourriez semer en mai dans votre jardin

  • L’amarante
  • La betterave (Pensez à échelonner le semis pour des récoltes étalées)
  • La cardon
  • La carotte
  • La chicorée
  • Le chou d’hiver

Petite information sur la culture des choux : Ce légume est très cultivé dans nos contrées … Cependant, c’est loin d’être une culture facile car, dans un premier temps, nous sommes (selon la variété et l’espèce de chou sélectionné) sur une culture longue. C’est à dire qu’elle va occuper l’espace cultivable plusieurs mois avant d’être récoltée). De plus, elle est particulièrement sensible à différents potentiels parasites et maladies cryptogamiques qui peuvent vous priver de récolte. De ce fait, voici un article sur les ravageurs et maladies qui touchent les choux.

Concernant la culture des radis : Pour ma part, c’est avec ce légume que j’ai appris à échelonner mes semis, à étaler mes premières récoltes. Cependant, il faut être honnête … Dans la grande majorité des cas, lorsqu’on débute un potager, on a tendance à sélectionner des variétés très classiques (des valeurs sûres) et à force, on peut vite se lasser, d’autant qu’il est possible de récolter des radis presque toute l’année. De ce fait, je vous propose de découvrir une petite sélection de variétés de radis ancienne à semer.

Attention aux périodes de semis favorables : Dans la conception de votre calendrier de culture qui va vous permettre de correctement planifier vos semis et plantations mois par mois. L’une des erreurs courantes (que j’ai également beaucoup faite) est de regarder les sachets de graines pour définir la date du semis. Cependant, ces sachets de semences ne donnent qu’une période de semis favorable et ne prennent absolument pas en compte l’ensemble de votre potager. Concrètement, chaque plante potagère que vous souhaitez faire pousser doit intégrer un calendrier de culture et trouver sa place dans votre jardin le moment venu.

Que planter en mai dans un potager en permaculture ?

Bien entendu et comme je l’indiquais en introduction, il faut prendre en compte votre région et son climat, ne pas hésiter à décaler les plantations de certaines cultures pour leur offrir les meilleures conditions possibles, ce qui favorisera leur bonne reprise. Personnellement, il m’arrive de décaler mes plantations et semis de cette période à la fin mai, voir début Juin. Pour évaluer cela, non seulement j’attends de récolter les cultures à croissance rapide en place depuis le printemps mais aussi, je fais beaucoup en fonction de la pluviométrie du moment, surtout pour les tomates, aubergines et autres légumes fruits qui apprécient particulièrement la chaleur. Parmi les plantes potagères que vous pouvez désormais repiquer en pleine terre, il y a

Les aromates à faire pousser en mai

J’adore les plantes aromatiques car, elles peuvent vraiment être cultivées de différentes manières … En pot, en carré réservé à leur culture ou encore en association avec les légumes du potager. De plus, elles participent à la diversité du jardin dans son ensemble, favorise la protection naturelle des cultures potagères en brouillant les pistes olfactives de nombreux ravageurs. Sans oublier le parfum qu’elles dégagent et leur utilisation en cuisine … Surtout lorsqu’on les récolte au fur et à mesure des besoins. Voici les semis d’aromates que vous pouvez encore entreprendre en permaculture

Les plantations d’aromates du moment :

Quelles fleurs semer / planter au jardin-potager ?

Ici aussi, c’est vraiment la bonne période pour vous lancer … Les plantes à fleurs apportent beaucoup de couleur au jardin dans son ensemble mais également attirent bons nombres d’insectes et pollinisateurs. Une bonne sélection de ces dernières peut avoir des effets très positifs sur la faune et vous aider à protéger vos cultures efficacement. Sans oublier que certaines d’entre elles sont également comestibles, ce qui offre quelques récoltes supplémentaires.

  • L’oeillet d’Inde (à placer entre les pieds de tomates)
  • Le pois de senteur
  • Le souci (ces fleurs ont la particularité d’éloigner les pucerons)
  • Le muflier
  • La capucine (contrairement aux soucis, cette fleur attire à elle les pucerons)
  • Les bulbes de bégonia
  • Les dalhias
  • L’amaryllis
  • et beaucoup d’autres …

Les travaux et entretiens à apporter au jardin

  • On va devoir commencer à se protéger des oiseaux, je pense par exemple aux fraisiers : on peut mettre un petit filet par dessus.
  • Au niveau de la terre, on commence à correctement la préparer en cassant les plus grosses bottes de terre à l’aide du dos du râteau.
  • On pense toujours à bien aérer son compost pour en garantir la qualité.
  • Diviser les plantes tels que l’estragon, l’origan, la sarriette, l’Ansérine Bon Henri, la Patience
  • Tailler les lianes et fruitiers à noyaux
  • Débuter le paillage des parcelles occupées
  • Eclaircir les premiers semis
  • Commencer à tuteurer les cultures grimpantes
  • Butter les pommes de terre et les cultures de poireaux
  • Couper les stolons des fraisiers

Pour conclure sur la liste des semis et plantations de mai

J’espère que cette liste vous aura vraiment aidé à faire le tour des possibles. Je vous donne rendez-vous dans un prochain numéro. En attendant, je vous invite à me laisser un petit commentaire juste en dessous pour me dire ce que vous allez entreprendre au cours de ce mois dans votre potager ; n’hésitez pas je vous prête mon clavier. En attendant de lire vos commentaires, je pars au jardin …

The post Quoi semer et planter au mois de Mai au jardin-potager en permaculture first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

May 02 2013

11mins

Play

Rank #9: Quoi semer et planter au mois d’Avril

Podcast cover
Read more

Le printemps s’installe au jardin ! C’est l’une de mes saisons préférées, la nature se réveille doucement avec ses couleurs … Au potager naturel, il y a beaucoup de semis et plantations à réaliser pour bien débuter votre saison. Si vous vous demandez que semer et planter en avril, cette liste devrait vous éclairer et vous permettre de dresser votre calendrier de culture. Cependant, attention à cette période de l’année pour les semis d’extérieurs car, selon votre région et son climat, il faudra prévoir des protections afin de favoriser la croissance de vos plants. Pour les semis d’intérieur, les possibilités sont nombreuses … La difficulté peut être de commencer au bon moment ce type de semis car, d’une plante à une autre, les temps de croissance varient. Voici la liste complète des semis et plantations possible au cours de ce mois d’avril en permaculture avec des conseils utiles à connaitre pour débuter dans le jardinage …

La liste des semis d’intérieur en avril

Faire ses propres semis de fruits et légumes est vraiment captivant. Cependant, cela peut aussi sembler complexe car, non seulement, le jardinier bio doit réussir à gérer correctement les bonnes conditions pour ses plantes (éclairage, chaleur et humidité) mais aussi maîtriser les différentes phases de croissance qui sont la germination, la production des premières photosynthèse, le repiquage intermédiaire, le renforcement des plants et pour finir la plantation. Voici une série de vidéo pour vous aider à réussir les semis d’intérieurs et d’extérieurs.

Les semis à réaliser en ce moment …

Les semis d’extérieurs (en pleine terre) sous abris

Comme je vous l’indiquais en introduction, selon les températures propres à votre région en ce moment, il peut être préférable de prévoir des protections tels que des tunnels ou encore des châssis qui vont permettre d’augmenter la température du sol afin de faciliter la germination de vos légumes. Cependant, pensez à aérer durant la journée dans le but de recycler l’air ambiant et réguler le taux d’humidité qui peut être néfaste à vos jeunes plantes. Ces facteurs peuvent être à l’origine du développement de certaines maladies cryptogamiques tels que la fonte des semis.

  • Les choux fleurs
  • les laitues
  • Les radis
  • Les carottes
  • Les poireaux
  • Les betteraves
  • Les panais
  • Les navets
  • Les pois
  • Les haricots
  • Les fèves
  • L’ansérine Bon Henri
  • L’arroche
  • Les brocolis
  • Les choux de Bruxelles
  • Les choux rave et choux pommés en privilégiant les variétés d’été et d’automne à cette saison)
  • Le cresson
  • Les épinards
  • Les oignons blancs
  • Les patiences
  • Les poirées, blettes ou cardes (Selon les régions le terme change mais voici également une recette de cuisine à base de cardes)
  • Les cardons
  • Les concombres et cornichons
  • La mâche
  • Le pourpier
  • La roquette

Les plantes aromatiques à faire pousser au jardin

Au cours de ce mois d’avril au potager, c’est la pleine saison des aromates ! Je vous propose d’ailleurs ici une liste d’aromates à faire pousser soit en pot ou directement en pleine terre. Ces plantes comestibles sont excellentes et s’associent parfaitement avec les plantes potagères. De plus, elles favorisent la protection naturelle de vos cultures, la biodiversité dans son ensemble mais aussi les nombreuses intéractions entre les végétaux.

Les fleurs et plantes à semer / planter en avril dans un jardin en permaculture

Tout comme le mois précédent (en mars), beaucoup de fleurs peuvent être semées / plantées dans votre jardin. Non seulement elle apporte de la couleur à l’ensemble du jardin et comme les aromates, elles participent à la biodiversité de votre environnement de jardinier en attirant à elles différents insectes auxiliaires ou au contraire en repoussant les indésirables du jardin. Lorsqu’on débute un potager biologique ou un potager en permaculture, nous avons parfois tendance à oublier ses plantes qui pourtant apporte énormément à l’ensemble du jardin. Voici la liste des fleurs à cultiver cette année …

La liste des plantations en avril au jardin-potager

Beaucoup de plantes potagères sont à planter au cours de ce mois pour des récoltes un peu plus tard dans la saison. Avant de commencer vos plantations, il est intéressant à mon sens, de commencer par bien dessiner et construire votre plan de jardin, ce qu’on appel en permaculture le design. Afin de délimiter les zones de cultures de chaque plantes et de les associer habillement en jouant sur les cultures intercalaires, les étages de végétations mais aussi les associations allélopathiques …

  • L’ensemble des aromates
  • Les artichauts
  • Les fraisiers
  • Les asperges
  • Les brocolis
  • Les choux rave
  • Les choux fleurs
  • Les crosnes du Japon
  • Les échalottes
  • L’oca du Pérou
  • les oignons
  • Les pommes de terre
  • La rhubarbe
  • Les salades
  • Les topinambours
  • Les lianes fruitières

Les entretiens et choses à faire au jardin en avril

Comme chaque mois et plus particulièrement au printemps, il y a beaucoup de choses à mettre en place dans le jardin pour assurer la bonne croissance des plantes mais aussi obtenir de belles récoltes ! Tout d’abord, si toutefois vous souhaitez démarrer un potager, je vous invite à regarder cette vidéo sur la préparation du sol mais aussi à lire cet article sur le paillage et celui-ci sur le phénomène de faim d’azote. Ce qui vous donnera les bonnes bases pour débuter. Passons désormais à la liste des entretiens à prévoir …

  • Aérer la terre
  • Butter les asperges
  • Butter les pommes de terre (pour les jardiniers qui ont déjà fait leur plantation)
  • Faire des apports de compost aux plantes les plus gourmandes
  • Semer un mélange d’engrais vert
  • Renouveler le paillis autour de vos plantes vivaces
  • Retirer les voiles de forçage si dans votre région les gelées ne sont plus à craindre
  • Tailler les fruitiers à noyaux et les petits fruitiers
  • Diviser les plantes aromatiques

Pour conclure sur les semis et plantations d’avril

Ce mois annonce le retour des beaux jours ! Petit à petit, les journées vont se rallonger et le jardin revit doucement. Pour ma part, je vais lancer plusieurs semis au cours de ce mois d’avril et bien entendu, je partagerai avec vous mes aventures potagères … En attendant, je vous invite à me laisser un commentaire juste en dessous pour me dire ce que vous allez semer et planter prochainement !

The post Quoi semer et planter au mois d'Avril first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Apr 03 2013

12mins

Play

Rank #10: Quoi semer et planter au mois de Mars

Podcast cover
Read more

Le début du printemps arrive à la fin de ce mois de mars ! Si vous êtes ici, c’est très certainement parce que vous vous demandez que semer et planter dans votre jardin-potager biologique à cette période de l’année ? Ce mois est un peu le top départ de la saison en permaculture pour ma part … Beaucoup de semis et de plantations vont pouvoir être réalisé en extérieur (généralement en prévoyant des protections afin de favoriser la croissance des végétaux et la levée) mais aussi en intérieur, où il faudra offrir à vos plantes les bonnes conditions en terme d’éclairage, de température et d’humidité. Tout ceci doit faire partie (à mon sens) d’une planification complète en prenant en compte les potentiels décalages lié à votre climat et votre région. Voici la liste complète des semis et plantations possible en mars au potager …

La liste des semis d’intérieurs de mars

Avant de commencer et si toutefois vous cherchez des graines et semences biologique pour votre potager, je vous suggère de consulter ce tableau contenant une liste de semencier bio. Si toutefois la réalisation des semis est nouveau pour vous (et j’ai été moi-même un grand débutant), je vous suggère de consulter cette page consacré à la réussite des semis. Cependant, si j’ai un premier conseil à vous donner, c’est de ne pas tout semer en même temps mais plutôt de prendre en compte les temps de croissance entre le moment du semis et celui de la future plantation de vos plantes et de leurs besoins …

Du côté des semis en intérieur avec une température de +20 degrés :

Du côté des semis en intérieur sans forcément chauffer :

Précisions pour les tomates : Généralement, il faut compter environ 5 à 6  semaines entre le moment du semis et celui de la plantation. De ce fait, je vous suggère de ne pas les commencer trop tôt dans la saison et pour commencer, de définir votre date de plantation pour bien établir votre date pour commencer vos semis. Comme je reçois très souvent des questions sur les maladies potagères et plus particulièrement sur celles qui touchent les tomates, je vous suggère la lecture de cet article consacré aux gestes préventifs contre le mildiou et l’utilisation du bicarbonate de soude.

La liste des semis d’extérieur sous abris

Sur ce point et comme je le disais en introduction, il faut bien prendre en compte votre région et son climat. La liste ci-dessous sera plus particulièrement adapté en début de mois pour les régions au climat très doux. Pour les autres, je vous suggère d’attendre la troisième semaine et dans les deux cas, pensez à prévoir une protection pour faciliter la levée de vos plantes (par exemple des tunnels, des châssis etc …)

La liste des fleurs à semer en Mars au jardin

Lorsque la météo est plus sympa, il est tout à fait possible de commencer à semer quelques annuelles tels que …

A propos des fleurs au potager : Certaines d’entre elles sont parfaitement comestibles mais sur ce point, il est important de bien connaitre avant d’envisager la moindre cueillette. Ensuite, au moment de réaliser vos semis de fleurs, pensez toujours à votre plan de potager par la suite car, les fleurs peuvent posséder des propriétés répulsives envers certains insectes souvent qualifiés de ravageurs ou au contraire, peuvent attirer à elles de nombreuses espèces importantes dans un jardin tels que les pollinisateurs etc …

Les plantes aromatiques à semer en mars

Petite précision sur les plantes aromatiques au jardin : Tout comme les fleurs et au delà du fait qu’elles soient comestibles, elles favorisent la diversité des végétaux et la protection naturelle de vos cultures. Dans la grande majorité des cas, les semis d’aromates se font en intérieur dans des godets pour une mise en terre au mois de mai au potager. Ici Encore pensez à former des associations favorables. Pour la ciboulette et le persil, supportant mal les repiquages, il est préférable de les semer directement en place (si votre région le permet) sachant qu’ils rattraperont aisément les autres aromatiques dans leur croissance. Si vous cherchez des idées, je vous suggère la lecture de cet article “15 plantes aromatiques à faire pousser dans le jardin“.

La liste des plantations du mois de mars en permaculture

Conseils pour les fraises, arbres fruitiers et fruits à baies : Il est effectivement possible de réaliser l’ensemble de ces plantations dans le courant du mois de mars, voir avril dans certains cas. Cependant, je préconise généralement de planter ces végétaux fraisiers, arbres fruitiers ou encore les fruits à baies au cours du mois d’octobre. Ce qui leurs permet de profiter de l’hiver pour s’enraciner, s’adapter à leur environnement et donc de repartir correctement au début du printemps.

Les entretiens à apporter en mars aux cultures en place

  • Diviser les vivaces
  • Finir d’amender le sol
  • Retirer les protections
  • Tailler les petits fruitiers
  • Protéger les arbres fruitiers en fleurs

Pourquoi retirer les protections : Effectivement, je vous disais plus haut de prévoir des protections pour faciliter la germination et croissance de vos végétaux. Cependant, je voulais juste vous faire penser à les retirer durant la journée (si les conditions météo sont favorable) afin de permettre la circulation de l’air et ainsi éviter certains problèmes tels que la fonte des semis.

Concernant la protection des arbres fruitiers : Personnellement, cela m’est arrivé plusieurs fois … En bref, lorsqu’il y a un printemps très doux, les arbres vont commencer à former leurs premières fleurs qui donneront plus tard des fruits. Cependant, si dans les semaines et mois à venir, il y a des gelées (voir aux saints de glace), les fleurs des arbres fruitiers seront détruite et dans l’incapacité de vous donner des fruits pour cette année. De ce fait, si vous en avez la possibilité et le printemps est doux, je vous suggère d’essayer de protéger les fleurs de vos arbres fruitiers

En guise de conclusion

Ce mois est vraiment chargé pour le jardinier bio … Cependant, si vous avez bien planifier vos semis et plantations au cours des mois précédents, tout devrait être assez simple et organisé. Pour ma part, je suis mon calendrier de culture que je combine à mon plan de jardin pour les semis d’extérieurs. Et vous, quels semis et plantations avez-vous prévue de lancer au cours de ce mois de mars au potager ?

The post Quoi semer et planter au mois de Mars first appeared on Au potager bio - Conseils pour votre potager biologique.

Mar 02 2013

16mins

Play