OwlTail

Cover image of Nouvelle École

Nouvelle École

Le podcast pour sortir des sentiers battus. Chaque semaine, Antonin Archer discute pendant plus d'une heure avec les français les plus inspirants. Entrepreneurs, artistes et autres passionnés racontent leur parcours et ce qui les pousse à tracer leur propre chemin. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Popular episodes

All episodes

The best episodes ranked using user listens.

Podcast cover

#78 - Cyrille Snake Diabaté : Pense comme un champion

« Peu de gens réalisent à quel point leurs rêves sont accessibles ». Cyrille Diabate est un combattant de MMA (arts martiaux mixtes). Il a combattu dans l’UFC, la ligue de MMA la plus prestigieuse au monde. Il est également détenteur de 4 titres mondiaux de boxe, dans diverses catégories. Cyrille Diabate a fondé la Snake Team, une école mixte basée en Seine St Denis qui forme les combattants français de MMA. En 2014, il a mis un terme à sa carrière en compétition.Important :Nouveau : j'aide à présent des marques et entreprises à penser, concevoir et lancer leurs projets de podcast ou de contenu audio. Ecrivez-moi à antonin@nouvelleecole.org si intéressésSoutenez Nouvelle École sur Patreon.Rejoignez la newsletter pour toujours tout recevoir en premierSuivez Nouvelle École sur Instagram pour suivre mes aventures au quotidienSe retrouver dans l’épisode :02:00 Un combat contre soi-même (enfance et débuts) 11:00 L’importance de la détermination, l’impact négatif de notre époque21:00 Quel est ton objectif ? 31:00 Bien choisir son entourage37:00 La patience au service de la détermination48:00 Le performer est toujours insatisfait53:00 La défaite ; comment gérer les échecs1:09:00 UFC et fin de carrièreRéférences :Cyrille Diabaté sur Instagram, Facebook et TwitterLa Snake TeamThe Life : la biographie de Michael JordanK-SAFE : la boite pour emprisonner son téléphoneMMA (Mixed Martial Arts)UFC (Ultimate Fighting Championship)Conor McGregorFloyd MayweatherCristiano RonaldoLebron James Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 25mins

3 Sep 2018

Rank #1

Podcast cover

#45 - Lauren Bastide fait parler La Poudre

« Rien à foutre de ce qu’on pense de moi »Je suis un peu jaloux de Lauren Bastide. Je n’en ai pas encore rien à foutre de ce qu’on pense de moi.Quelqu’un a écrit que je suis un ado dépressif qui se lamente. Ça m’a donné envie de fumer des clopes en écoutant Radiohead.C’est sans doute bon signe. De plus en plus de gens écoutent et quand personne ne critique, c’est que tout le monde s’en fout. Mais je persiste à croire qu’il serait plus simple que vous m’aimiez tous sans conditions.Comme je doute que ce soit au programme, je vais m’inspirer de Lauren Bastide.Peut-être qu’elle n’a plus le temps de faire attention à la négativité. En un an, elle a créé le studio Nouvelles Écoutes qui produit 6 émissions dont La Poudre, qu’elle anime. Nouvelles Écoutes c’est plus de 1,5 millions d’écoutes et pour des podcasts, c’est beaucoup.Peut-être aussi que la gestion des critiques est un muscle qui se travaille. Avant de créer Nouvelles Écoutes, Lauren a passé 10 ans dans les médias. D'abord au Elle, puis au Grand Journal, l’émission que tout le monde adore détester. Je ne crois pas avoir regardé cette émission une seule fois sans dire du mal de tous ceux qui passaient à l’écran. La télé réveille mes bas instincts.Toujours est-il qu’en 10 ans de grands médias, Lauren a du recevoir assez de négativité pour me donner envie de retourner habiter dans un village.Mais pas elle. Ça lui a donné envie de lancer sa propre émission. Avec ses invités, ses questions et ses convictions. Et La Poudre cartonne.J’ai lu que quoi que tu fasses, il y a toujours un tiers de gens qui aime, un tiers qui s’en fout et un tiers qui déteste. Alors comme personne ne change jamais d’avis, autant se concentrer sur ceux qui aiment.Quant aux critiques, celles qui font mal sont celles qui touchent juste. En cela, elles sont une excellente piqure de rappel. Vouloir plaire à tout le monde est une idée stupide qui n’a aucune chance de se réaliser et te transforme en clown triste.Faire la paix avec les côtés qu’on voudrait gommer, voilà un chantier intéressant. Ça donne l’aplomb nécessaire pour créer des choses différentes.Et quand les critiques arrivent, tu peux leur répondre que « rien à foutre » ou que « si tu kiffes pas, t’écoutes pas ».Chose sur laquelle Lauren Bastide et Booba sont d’accord.Se retrouver dans l’épisode :03:00 Les origines de La Poudre et son désamour progressif pour les médias traditionnels.19:00 « Je servais à rien » : Pourquoi elle voulait être journaliste et pourquoi elle a déchanté.27:00 Comment elle est devenue femme. Pourquoi elle déconstruit.35:00 Comment elle travaille. Ses techniques d’interview. Comment elle a pensé La Poudre.49:00 Les questions de la fin.Abonne toi à Nouvelle Ecole : Apple/iTunes: http://apple.co/2zI7SkuSoundcloud: http://bit.ly/ne_scDeezer: http://bit.ly/nouvelleecoledeezerSuis Nouvelle École sur :Facebook: http://bit.ly/nouvelleecolefbInstagram: http://bit.ly/nouvelleecoleIGTwitter: http://bit.ly/nouvelleecoleTWSite officiel: http://bit.ly/nouvelleecolesiteRéférences : La Poudre Podcast: https://itunes.apple.com/fr/podcast/la-poudre/id1172772210?l=en&mt=2Lauren Bastide sur Instagram: https://www.instagram.com/laurenbastide/Nouvelles Ecoutes: http://www.nouvellesecoutes.fr/La Poudre lit: http://www.nouvellesecoutes.fr/lapoudrelit/Livres cités :King Kong Théorie - Virginie Despentes: http://amzn.to/2kmRRK1Le deuxième sexe - Simone de Beauvoir: http://amzn.to/2kkaNJjLa séquestrée - Charlotte Perkins Gindman: http://amzn.to/2AqHyKD Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 6mins

4 Dec 2017

Rank #2

Similar Podcasts

Podcast cover

#40 - Charlotte Pudlowski : Comment un podcast peut changer votre vie

Les références sur http://nouvelleecole.org/ep-40-charlotte-pudlowski-podcast-changer-vie"J'avais l'impression de prendre trop de place."Le collège, c'était compliqué.Il fallait faire semblant. Tout le monde voulait être dans la norme mais personne ne savait la définir. On courait tous derrière un concept vague, en mouvement, pour ne pas se faire remarquer.On portait des masques. Personne n'avait peur, personne n'était amoureux et personne n'avait de problèmes. Personne non plus n'était sûr d'avoir des amis. On pouvait être trahi à tout moment pour une bonne blague. J'excellais dans l'art de faire rire des gens aux dépens d'autres. Faire partie des losers, c'était la mort. Ils étaient seuls car hors de la norme. On avait le droit, presque le devoir, de se moquer d'eux. Un peu tous les jours. Assez pour les endommager à tout jamais.J'aurais fait n'importe quoi pour être accepté alors j'ai joué mon rôle. J'ai ri quand on se moquait des autres et retenu mes larmes quand c'était pour moi. C'était le jeu.Je suis soulagé d'avoir grandi.Je ne connais personne qui soit sorti indemne de l'adolescence. Tout le monde panse ses plaies.Le problème est que les masques ne disparaissent pas après le collège. On continue à prétendre que tout va bien et on peut passer sa vie comme ça. Je m’en suis rendu compte quand je passais mes journées à sourire et mes nuits à pleurer. J'essaie de ne plus faire semblant. Je ne veux plus participer à l'avertissement collectif envers ceux qui ne se sentent pas dans la norme : "vous n'êtes pas bien, vous devez changer". J’aimerais envoyer le signal contraire.Je n’arrive pas toujours à dire la vérité. Il y a des choses que j'ai peur de révéler, le collégien n’est pas si loin.Mais il y a une différence : je peux choisir ce que je fais, ce que je dis et avec qui je passe mon temps. Un luxe auquel les adolescents n'ont pas accès. Je peux choisir d'inviter ceux qui montrent les choses comme elles sont : sans filtre Instagram. Ils contribuent à rétablir le bon signal : la norme, c’est les plaies. SE RETROUVER DANS L’EPISODE :01:00 Sa volonté de comprendre le monde, sa carrière de journaliste19:00 Son complexe de légitimité, le fait d'être une femme33:00 Le féminisme comme un soulagement40:00 Son départ de Slate.fr, son changement de vie46:00 Transfert, moi qui m’emballe et son entrée dans l’entrepreneuriat
1:05:00 Les questions de la fin Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 11mins

23 Oct 2017

Rank #3

Podcast cover

#47 - Mathilde Lacombe : On attire ce qu'on dégage

Reférences disponibles sur http://nouvelleecole.org/47-mathilde-lacombe-on-attire-quon-degage/Mathilde Lacombe a tout réussi. À seulement 30 ans, elle est mère de 3 enfants, entrepreneuse à succès, auteure, et est suivie par des dizaines de milliers de personnes. Cette histoire peut intimider. Mais si on la raconte depuis le début, elle est inspirante. Mathilde a commencé il y a plus de 10 ans à publier du contenu. Un blog de cuisine, tout petit, mais qu’elle faisait pour les bonnes raisons. Avec le coeur, sans pression et parce qu’elle aimait ça.Puis, ce blog a grossi. Il s’est transformé en « La vie en blonde ». De plus en plus de lectrices sont venues recevoir les conseils beauté et lifestyle prodigués par Mathilde. Un jour, elle a découvert Birchbox. Un produit qu’elle aurait aimé acheter mais qui n’était pas disponible en France. Alors elle a fondé JolieBox. Pour commencer, elle s’est appuyée sur la communauté qu’elle construisait sans arrière pensée depuis des années. Et puis, JolieBox a cartonné. Mathilde n'avait plus d'autre choix que de quitter son emploi de pigiste au magazine Elle.JolieBox a eu tellement de succès que la startup a rapidement fusionné avec... Birchbox, pour devenir le leader mondial des box de beauté. Ces étapes sont importantes. Tout a pris du temps, pas grand chose n'était prémédité. Ce qui a fait la différence, c’est l’action. Mathilde a lancé les projets qu’elle avait en tête, sans demander l’autorisation.Et si tout semble lui avoir réussi, c’est peut-être qu’elle a pris les bonnes décisions à chaque étape. - cultiver ses intérêts- créer ce qu'on voudrait avoir- limiter le risque. Ne pas tout plaquer avant d’être sûr qu'on a quelque chose- faire, sans attendre et sans trop demander de conseilsAjoutez à cela un optimisme à toute épreuve et on comprend mieux pourquoi les planètes s’alignent. Mathilde se projette, avance et refuse catégoriquement de se plaindre.J’ai tendance à m’apitoyer sur mon sort. Mais j’y travaille, car je crois qu’elle a raison. On attire ce qu’on dégage.#####Se repérer dans l’épisode - 03:00 Comment trouver l’équilibre et pourquoi elle a écrit son livre. - 10:00 Comment rester authentique quand on crée une gigantesque communauté. Le besoin de positiver.- 18:00 Se projeter pour avancer. Ses conseils d’entrepreneuriat.- 32:00 La beauté et l’importance de ce qu’on présente au monde.- 36:00 Tout faire, n’est-ce pas trop difficile ?Les (rares) questions qu’elle se pose. - 51:00 Les mauvais conseils d’entrepreneuriat- 58:00 Les questions de la fin, qui changent ! Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 7mins

18 Dec 2017

Rank #4

Most Popular Podcasts

Podcast cover

#60 - Lisa Gachet : Soulever des montagnes

C’est quoi la réussite en fait ?Je regardais la télé pour la première fois depuis des mois et il y avait encore les mêmes émissions ; il y en avait une avec Drucker et des comiques qui faisaient des blagues. Drucker avait la même tête, mais des cheveux blancs à la texture étrange, genre moquette ; j’ai zappé.Sur France 5 des pêcheurs parlaient de leur métier. Le fils disait qu’il aimait beaucoup la pêche, que c’était le métier qu’il voulait faire en grandissant et qu’il espérait bien reprendre le bateau de son père. Je me suis imaginé me levant à quatre heures pour aller trimballer du poisson de bâbord à tribord, sur une mer agitée, tous les jours de ma vie. J’ai le mal de mer ; les bateaux sentent un peu comme les autocars en plus fort.Mais il avait l'air heureux ; beaucoup plus heureux que les auteurs que j'ai lus récemment. Ces gens ont pourtant tout pour être heureux : ils sont riches, ils sont célèbres et ils ont fait beaucoup de choses considérées par tous -- moi compris -- comme valables, cool, importantes. Pourtant ils dépriment à longueur de roman ; ils me dépriment également.Lui s’en fout complètement. Il veut ramasser du poisson dans l’eau, puis le vendre, et puis recommencer. Je n'arrive pas à me sortir ce type de la tête.Il n’a pas besoin qu’on vienne lui décerner le prix du meilleur pécheur pour avoir envie de pêcher. Il était content de passer à la télé, mais je doute que cela ait été son but ; ou alors il est fin stratège. Et s'il avait voulu devenir pêcheur pour passer à la télé, y serait-il parvenu ?Qu’est-ce qui est important ?Les invités de Nouvelle École parlent souvent de "faire les choses pour les bonnes raisons". Je ne connais pas les bonnes raisons, mais j'émets une hypothèse : quand on fait les choses pour soi, parce qu'on se sent bien en le faisant, on a moins de chances de se tromper.Je crois que si Lisa Gachet perdait tout, elle continuerait à fabriquer des choses avec ses mains. C'est une hypothèse, je ne lui ai pas demandé ; j'aurais dû.Et je crois que si les caméras n'étaient jamais venues filmer ce jeune pêcheur, ça n'aurait rien changé à sa vie ; il aurait continué à le faire pour lui. C'est un bon point de départ.Lisa Gachet est la créatrice du site de DIY Make My Lemonade, elle est également directrice artistique de la marque Wear Lemonade, qu'elle a fondée.Se retrouver dans l'épisode :03:00 Fallait-il quitter Bordeaux ?09:00 "Toutes les filles de ma classe voulaient être stylistes". Sa volonté d'être différente.16:00 Se donner les moyens de ses ambitions.24:00 L'expérience de travail la plus traumatisante et enrichissante de sa vie.29:00 Le lancement de son blog Make My Lemonade32:00 Pourquoi le blog a aussi bien marché ? Comment s'en inspirer44:00 "Je veux que ce soit parfait", l'importance de l'exigence.53:00 Comment rester enthousiaste57:00 Qu'est-ce que réussir ? Que faut-il sacrifier ?Références de l'épisode :Lisa sur Instagram, Twitter, FacebookMake My Lemonade et leur newsletter (en bas à droite)Wear Lemonade, la marque.L'entreprise du bonheur ; le livre recommandé par Lisa.Pour aller plus loin :Merci infiniment d'avoir écouté ! Si vous avez aimé cet épisode, vous pouvez vous abonner à Nouvelle École et laisser une note (5 étoiles :) ) et un avis sur votre plateforme préférée :Apple PodcastsDeezerOvercastPodcast AddictSi vous voulez recevoir 3 recommandations de lecture, applications, films ou autres de ma part, chaque vendredi, inscrivez-vous à ma newsletter privée.Si vous voulez participer à la construction de Nouvelle École, par exemple en influençant le choix des prochains épisodes Bonus, rejoignez la communauté Patreon.Suivez-moi sur les réseaux sociaux :Instagram (le mieux)TwitterFacebookFaites un tour sur le site de Nouvelle École. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 3mins

19 Mar 2018

Rank #5

Podcast cover

#56 - Morgane Sézalory : Lâcher prise

ME SOUTENIR SUR PATREON : bit.ly/NEpatreon"À un moment ton corps te dit d'arrêter".J'aime quand je suis invincible, quand j'ai une énergie inépuisable. Je pourrais sortir 3 épisodes par semaine et en avoir en rab. Et tous les chiffres augmentent et les gens en parlent. Il y a deux semaines, un type m'a reconnu dans le métro. Ça ne m'était jamais arrivé.Mais la suite est toujours la même : quelques jours plus tard, je me lève et je sais que c'est fini. J'ai la flemme, je ne veux plus faire d'interviews. Je ne veux plus me lever ni répondre aux gens. Je voudrais juste dormir ou marcher sur les bords du canal Saint Martin quand il fait beau. La dernière fois, il y avait un canapé posé devant l'eau avec un type assis dessus. Je n'ai pas osé lui demander si c'était son canapé.Au lieu d'arrêter, je force. Je m'installe à mon bureau et j'ouvre Trello. Il faut être productif : créer, administrer, grossir. Battre le fer tant qu'il est chaud. Je dois écrire un certain nombre de pages et faire Nouvelle École et il y a le film qui sort. Il faut le promouvoir.Mais comme rien n'y fait, je me lamente : "je ne serai jamais [X Y Z] comme tous ces gens qui bossent 18heures par jour". Ces gens existent-ils ?Je vois le surplus d'énergie comme la nouvelle norme et la fatigue comme une anomalie. Mais les deux sont la norme. Ce sont des indicateurs.Morgane Sézalory m'a raconté l'histoire de son "burnout". Il y avait des signes avant-coureurs qu'elle n'a pas remarqués. Jusqu'au jour où son corps a dit "stop".Je suis loin du burnout, mais la route est longue. Si je continue à traiter mon corps comme un Vélib en fin de soirée, je ne suis pas sûr d'aller au bout. Il faut se forcer à arrêter.Il y a quelques jours, je me suis réveillé épuisé. Alors j'ai continué à dormir. Longtemps. Et comme j'en avais marre de ne pas avoir le temps, j'ai bloqué toutes mes matinées pour écrire et faire des choses que j'aime. Je vais dans un café, je ne prends pas mon téléphone et parfois je travaille, parfois je ne fais rien. J'observe la rue et j'écoute les gens.Je suis allé au canal Saint Martin mais il n'y avait plus le type au canapé. Je m'en suis voulu de ne pas avoir pris le temps de lui parler. J'avais peur de ne pas être productif alors j'ai raté son histoire. Quand je travaille avec mon pote Léo on passe souvent les mêmes moments : on s'assied à la terrasse d'un bar et on commence par se raconter nos vies. Ensuite, on parle de filles. Ensuite, on se moque de certains films qu'on a vus mais on dit aussi du bien des autres. On fait des blagues assez mauvaises, mais on est bon public. Quand il est l'heure de partir, je dis toujours un truc du genre : "Mince, on n'a rien fait..." .Et Léo répond toujours la même chose :"Ça fait partie du processus".Morgane Sézalory est la créatrice de la marque Sézane, anciennement « Les Composantes », la première marque de mode 100% en ligne. Se retrouver dans l'épisode :03:00 Le besoin de sens de Morgane, les projets humanitaires de Sézane08:00 Le parcours atypique de Morgane, de l'Afrique à la découverte de son talent artistique23:00 Son burnout : l'histoire, ses causes et ses conséquences sur la vie de Morgane37:00 Éviter le burnout : reconnaître les signes, faire le plus important, se forcer à s'arrêter51:00 "Pas de regrets" : les questions de la fin.Abonnez-vous à Nouvelle École sur Apple Podcast ou toute autre application de podcast : apple.co/2zI7SkuRecevez mes 3 recommandations hebdomadaires, par mail, chaque vendredi : bit.ly/newsletterNESuivez-moi sur Instagram : bit.ly/nouvelleecoleIGSoutenez Nouvelle École financièrement à partir de 2E/mois sur Patreon : bit.ly/NEpatreonRéférences disponibles sur bit.ly/nouvelleecole55 Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 8mins

19 Feb 2018

Rank #6

Podcast cover

#33 - Marina Rollman : La vie n'est pas un montage

Retrouvez toute l'histoire et les références sur http://nouvelleecole.org/ep-33-marina-rollman-la-vie-nest-pas-un-montageMarina Rollman est comédienne, auteure et chroniqueuse radio. Elle se produit actuellement dans "Un spectacle drôle" à Paris. Et c'est vrai qu'elle est drôle.Pour cet épisode avec Marina Rollman, je n'ai pas apporté de notes.L'interview est préparée, mais je ne consulte pas mes questions.  Je ne lis pas de script.Je ne sais pas si le résultat est meilleur. En tout cas j'expérimente. Me revoilà devant le tableau blanc, comme le débutant que je suis.On parle de sa dépression et de comment elle s'en est sortie.De la quête de sens que nous traversons.Du fait d'être une femme dans son milieu.De l'égo et de comment le contrôler.Une chose dont on ne parle pas : le standup. C'est l'avantage de ne pas avoir de script, ce sont eux qui sont dans leur tête. Je me contente de suivre.SE RETROUVER DANS L'ÉPISODE :01:00 : Trouver du sens05:30 : Les règles de Nouvelle École10:00 : Ses débuts, son premier bide et ses divers ratages20:00 : Sa dépression35:00 : Poursuivre le parcours, pas le résultat (la théorie Rocky)42:00 : Récupérer son attention, être présent55:00 : Être une femme dans le standup01:00:00 : Ses conseils de drague01:10:00 : L'ego et comment gérer le succès Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 20mins

4 Sep 2017

Rank #7

Podcast cover

#18 - Loic Le Meur : Made in California

Loic Le Meur est un entrepreneur français aux multiples succès qui vit désormais dans la Silicon Valley. Il est connu notamment pour :- La conférence LeWeb- Seesmic, acquise par Hootsuite en 2012- Leade.rs son nouveau projet.Il raconte son parcours, de son premier ordinateur et de sa visite de l'internet tout entier(01:47), sa première boite (09:00), l'importance des rencontres(16:00), sa retraite Vipassana(21:37)et des choses un peu plus perso (à partir de 30:00). Bonne écoute ! Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

45mins

22 May 2017

Rank #8

Podcast cover

#24 - Oussama Ammar : Le but c'est d'être légendaires

Les références (livres, auteurs, personnes citées) sur http://nouvelleecole.org/ep-24-oussama-ammar-but-cest-detre-legendaires/Je voulais rencontrer Oussama Ammar depuis longtemps. J’avais toujours une bonne raison :j’ai un projet entrepreneurialj’aimerais que tu sois le tuteur de mon mémoireje viens de démarrer un podcast et je souhaite t’inviter.A chaque fois, j’avais envoyé un mail. A chaque fois, il n’avait pas répondu. Alors j’avais abandonné. Après tout, je venais d’inviter Alice, son associée chez The Family.J’étais donc agréablement surpris que ce soit lui qui me relance. Certains invités prennent un jour à convaincre, d’autres un an.En préparant cette interview, je suis tombé sur une vidéo dans laquelle il explique à des élèves comment écrire un bon email.C’était exactement l’inverse de tous les mails que je lui avais envoyés par le passé. J’étais mi-amusé, mi-gêné. Je suis très prompt à conseiller les autres, mais j’ai beaucoup de mal à m’appliquer mes propres conseils.Depuis, j’ai progressé.J’ai fait beaucoup de vente. J’ai eu le temps de goûter à « l’entrepreneuriat » et de prendre un peu de recul. Je me suis fait une meilleure idée de ce que j’attends de la vie. C’est aussi un an de plus à entendre parler de The Family à droite comme à gauche. Entre ceux qui aiment, ceux qui détestent, ceux qui envient et même ceux qui en rient.Alors avant de d’interviewer Oussama, j’ai appelé plusieurs personnes. Je ne voulais pas faire la même interview que les autres. Je voulais qu’on comprenne qui il est.Voici ce que j’en ai retenu :1. Often wrong, never doubtedNavo m’a dit que ses parents avaient tellement confiance en lui qu’il avait fini par se convaincre qu’il lui était impossible d’échouer. Oussama semble avoir connu la même chose :« Il faut donner le crédit à ma maman ».Moi, quand j’ai une idée, mon schéma de pensée suit à peu près ce chemin :EuphorieDoutePosition latérale de sécuritéQuand Oussama pense quelque chose, sa réaction naturelle est de l’affirmer haut et fort, quitte à se tromper. S’il réalise qu’il a tort, il changera d’avis :« Je ne dis jamais deux fois la même chose ».Il avoue ne jamais douter et souligne l’importance de croire très fort en ce qu’on avance :« La moindre des politesses quand on énonce une idée c’est d’avoir le courage de l’assumer ».Je vais essayer de garder ça en tête pour mes prochaines phases de doute. Et si tu t’autorisais à penser comme Navo ou Oussama, qu’est-ce que ça donnerait ?2. Le bonheur ou la gloire« Il y a 2 types d’entrepreneurs : ceux qui cherchent le bonheur et ceux qui cherchent la gloire. « Lui et moi, on a un rapport au risque complètement différent. Je pense que je cherche le bonheur. Je vous laisse deviner dans quel camp il se place.C’est le dilemme d’Achille : Est-ce que tu veux une vie paisible, ou est-ce que tu veux qu’on parle de toi dans 400 ans ? Veux-tu construire Basecamp ou le prochain Facebook ?C’est ce dont il faut décider avant de se lancer.Le modèle d’Oussama est Alexandre Le Grand.« Moi je rêvais de conquérir le monde ».Et vous ?Se retrouver dans l'épisode :04:50 La confiance en soi
11:00 Ses débuts d’entrepreneur15:20 Ses références culturelles18:10 Les deux types d'entrepreneurs : le dilemme d'Achille22:00 Sa relation au bonheur28:00 Son échec Hypios36:00 Ce qu’il ne veut pas ramener de la silicon Valley41:00 Sa spécialité51:00 La réinvention et l’extension de The Family à l’Europe56:00 sa relation au succès1:03:00 Comment il s’évalue et progresse1:11:00 Le doute1:15:00 Le problème de l'École en France1:20:00 Son rapport aux critiques qui le visent Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 33mins

3 Jul 2017

Rank #9

Podcast cover

#03 - Willy Braun : Les choix de vie se conjuguent au singulier.

Willy ne savait pas ce qu’il voulait faire, alors il a commencé par faire un peu de tout. Quand il était ado, il jouait à Warcraft et Counter Strike, les “vrais jeux”, et lisait des bouquins.Aujourd’hui, Willy est VC(venture capitalist). Il a créé Daphni, un fonds d'investissement cool qui investit dans de jeunes startups. Il nous parle de son parcours, de sa curiosité naturelle qui l’a poussé à toucher à tout et de la voie qu’il a trouvé pour l’instant.On parle investissement, levées de fonds et entrepreneuriat. Que faire quand on monte une startup ? On parle aussi bouquins : Tim Ferris, Never Eat Alone et autres hacks de productivité. Mais surtout, on est assis à la terrasse d’un café du sentier. Le “Silicon Sentier”, comme on entend parfois à Paris. On boit un coca et il fait beau. Bref, la vie est belle.Plus sur http://nouvelleecole.org/ep-03-willy-braun-les-choix-de-vie-se-conjuguent-au-singulier/ Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

50mins

6 Jul 2016

Rank #10

Podcast cover

#68 - Pénélope Bagieu : Si t'as envie c'est la seule chose qui compte

Rejoignez la communauté Patreon pour participer aux prochains épisodes bonus.J’ai coupé le micro mais on a continué à parler. Toutes les deux minutes je me disais "il faut absolument enregistrer ça" mais comme j'avais peur de casser le moment je n'ai rien dit. Vous n'entendrez donc pas Pénélope Bagieu et moi disserter de l'état du monde en 2018.Il y a beaucoup de moments de ce genre, de discussions en off et je me mords les doigts de ne pas les avoir enregistrées. Peut-être ce podcast serait-il deux ou trois fois mieux avec tous ces morceaux tombés dans l'oubli ?Sans doute n'aurions-nous pas ces discussions si les micros restaient branchés. Même si on fait de son mieux, personne n'est 100% naturel devant un micro ; alors oui, je pourrais laisser le matériel tourner, attraper les mots en secret, mais ce n'est pas l'esprit.Peut-être dois-je accepter de ne pas tout contrôler et accepter ces moments pour ce qu'ils sont : des bonus. J'ai eu deux épisodes avec Pénélope Bagieu et vous n'en aurez qu'un. Sans rancune !PS : Je voulais appeler cet épisode "Fireball de rage" car c'est de loin la meilleure expression prononcée sur Nouvelle École depuis "scaphandre ailé au cumin", mais ça n'avait pas de sens. Heureusement que mes amis me préviennent quand mes blagues ne font rire que moi. D'ailleurs, je ne sais jamais si vous lisez la description des épisodes ; si oui, n'hésitez pas à envoyer des "Fireball de rage" à Pénélope Bagieu via votre réseau social préféré.Pénélope Bagieu est dessinatrice de bande dessinée. Après le lancement de son blog Pénélope Jolicoeur en 2007, elle publie de nombreuses bandes dessinées à succès dont Joséphine (adapté au cinéma), Cadavre Exquis ou encore Culottées. Se retrouver dans l'épisode :01:00 : Qu'est-ce qu'une dessinatrice de BD ?02:00 Comment ne pas se répéter quand on dessine depuis 10 ans ?10:00 Comment faire une BD ? Se contraindre, s'entourer, créer, se récompenser23:00 "Les bonnes idées restent" : Comment choisir son projet29:00 Se protéger des critiques et des Fireballs de rage33:00 Se poser les bonnes questions quand on commence45:00 Comment choisir son entourage professionnel47:00 Faut-il un travail alimentaire en lien avec ton travail de rêve ?52:00 Comment vendre ce qu'on serait prêt à faire gratuitement ?Fin : Y a-t-il des étapes à respecter dans la création ?Références de l'épisode :Pénélope Bagieu sur Twitter, Facebook et Instagram (envoyez des Fireball d'amour)Ma vie est tout à fait fascinante, sa première BD que j'ai adoréeCulottées, la version gratuite et la version payante.Joséphine, la version payante (faut pas rêver non plus)Cadavre Exquis, dont on parle pas mal dans l'épisodeRyan Holiday et son livre Perennial SellerClémence Bodoc et son super podcast avec Pénélope BagieuL'épisode de Nouvelle École avec Kyan KhojandiMarina Rollman et son passage sur Nouvelle École, notamment sur le choix du travail alimentaireL'étrange Noël de M Jack, que je n'ai pas vu et que je fais semblant de connaître quand elle m'en parleParanormal Activity (qui m'avait fait si peur)How I Met Your Mother dont il ne faut pas regarder les saisons postérieures à la 3Pour aller plus loin :Abonnez-vous à la newsletter.Suivez Nouvelle École sur Instagram Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 6mins

14 May 2018

Rank #11

Podcast cover

#36 - Alice Moitié : Garder une âme de touriste

Alice Moitié est l'une des photographes françaises les plus en vogue du moment. Elle a travaillé avec des marques et artistes de renom comme Kitsuné, Marc Jacobs, Nike, ASAP Rocky pour Mercedes-Benz ou encore PNL pour The Fader (la liste est trop longue).---------------------------------------------------------------------------------------------------"J'adore ces lunettes", m'a-t-elle dit.C'étaient des lunettes un peu moches avec des verres orange. Elle m'a fait essayer et tout était en couleur. Ça m'a rappelé les journées au ski quand j'étais gamin. Il y avait un côté enfantin dans sa façon d'en parler,  émerveillé."Ça détend, le orange".Elle nous a servi du thé sur un plateau qu'elle avait ramené d'une brocante. "J'adore les brocantes". Je me suis demandé depuis combien d'années je n'étais pas allé à une brocante regarder des objets.Tous les dimanches, Alice découvre Paris, sa ville.Le lendemain de l'interview, elle devait d'aller à un festival pour chien d'aveugles."Tu vis comme une touriste, en fait" lui ai-je fait remarquer."Bah oui ! Une ville c'est comme un couple, si tu fais pas d'efforts et que tu baises plus et que tu pètes sous la couette tu deviens pote avec ton mec."Alice a décidé de ne pas devenir pote avec sa ville.Ca m'a fait réfléchir. Je vis à Paris mais je l'oublie tout le temps.Quand je passe devant le Petit Palais il y a des couples asiatiques qui prennent des photos en tenue de mariés. Ils sont émerveillés comme des enfants à Disney Land. Des touristes à Paris.C'est mon parcours de jogging. Je passe devant l'Elysée, le Grand Palais, les quais, la place de la Concorde et l'Assemblée Nationale. Mais je m'en fous. Je pense à mes problèmes. Combien d'écoutes sur Nouvelle École cette semaine ?Je me blase. J'oublie la nouveauté des premiers jours et je traite mes journées comme le reste. Comme acquises.Mais rien n'est acquis.Ni Paris, ni mes occupations, ni les gens autour de moi. J'avais besoin d'un petit rappel. Une paire de lunettes orange que tu mets sur le nez pour voir les journées en couleur.Et ne pas devenir pote avec ta vie.SE RETROUVER DANS L'ÉPISODE :01:00 : Son parcours, son expulsion des Gobelins, pourquoi c'est plus facile de commencer aujourd'hui15:00 : La photo, le rapport au nu23:00 : Ses petits boulots, l'argent et l'instinct de survie20:00 : Sa période difficile entre 20 et 30 ans33:00 : Ses conseils à ceux qui veulent se lancer41:00 : Ses rituels, son quotidien d'artiste52:00 : Sa méthode de travail, comment faire poser PNL01:05:00 : Son rapport au succès, à la célébrité, à la beauté01:11:00 Les questions de la fin (qui changent !) Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 17mins

25 Sep 2017

Rank #12

Podcast cover

#50 - Solange te parle : Ça paye d'être généreux

Retrouvez les références de l'épisode (livres, DVD, idées) sur http://nouvelleecole.org/50-solange-te-pa…e-detre-genereux/Solange (de son vrai nom Ina Mihalache) est une comédienne québécoise installée en France. Depuis 6 ans, elle parle sur Youtube. 180 vidéos, 40 millions de vues, 2 livres et 1 un long métrage plus tard, elle vient parler sur Nouvelle École. Voici pourquoi je voulais absolument l'inviter :1. Elle est bienveillanteOn me reproche d’être trop tendre avec les invités, de ne pas assez les gêner.Mais il y a tout le reste d’internet pour ça. Les journalistes, Twitter, les commentaires Youtube...Et il y a assez de négativité dans ma tête. Assez de mauvaises intentions que je combats. J’ai souvent envie de dire du mal des gens, je suis jaloux et il m'arrive de faire rire aux dépens des autres. Parce que c'est facile.Mais la gentillesse et la bienveillance, c'est difficile. Ça demande du travail et j'ai une bonne marge de progression.Je veux que Nouvelle École soit un îlot de bienveillance, d'autant que je ne suis pas aussi sympa dans la vraie vie. Le podcast m'oblige à faire des efforts. Je vous montre mon meilleur côté en espérant qu'il déteigne sur l'autre.2. Elle produit en quantitéPetit résumé de ce que Solange a publié :180 vidéos vues 40 millions de foisun long métrage (Solange et les vivants) (TITRE EN ITALIQUE?)deux livres Solange te parle et Très intimeC'est ce qu’elle a publié. Elle a produit beaucoup plus.Pour produire beaucoup, il faut se débarrasser du perfectionnisme. On ne peut pas faire 180 vidéos cultes. Mais on peut faire de son mieux à chaque fois et respecter la chance.Faut y aller. Sur internet, ça paye d'être généreux.La quantité d'abord et la qualité suivra. Enfin, j'espère.3. Elle se concentre sur le positifDans son long métrage « Solange et les vivants », une femme lui tient compagnie en lisant les journaux à voix haute. À un moment, elle s’arrête et demande à Solange : « Comment fais-tu pour te tenir informée si tu ne lis pas les journaux ? Si ça se trouve, la France a attaqué la Syrie ! »Et Solange répond :« Ça changerait quoi de le savoir ? On a juste peur. »Avant, je lisais les informations tous les jours : Le Monde, le Wall Street Journal, The Economist, BFM TV. Je voulais être informé, il fallait être informé. Il y avait plein des gens qui criaient : "la guerre !", "la bourse !", "Obama !".Et puis j'ai arrêté, pour essayer. Et je ne lis plus les informations. Après tout, qu’est-ce que j’y peux à la guerre en Syrie ?Je veux me concentrer sur le positif. Il n'y a rien de positif dans les informations. Pour attirer l'attention, il faut faire peur, je n'invente rien. On ne lit jamais en première page « DEUX AMOUREUX RACONTENT LEUR PLUS BEAU SOUVENIR ».Peut-être que j’achèterais ce journal.Et les informations importantes arrivent quand même jusqu'à moi. Donald Trump a été élu, ça chauffe avec la Corée du Nord, les gens vivent moins bien qu'avant. Je laisse à mon grand père le soin de me raconter le monde quand on se voit. C'est toujours ça de partagé.Au lieu de lire les informations, je me lève et je lis un livre. Ensuite, je regarde des vidéos de Solange pour préparer l'interview. On discute, puis je sors acheter un croissant et je vais marcher dans le parc en regardant les gens. J'amène ma soeur à la gare et je lui dis que je l'aime.Dire je t'aime, c'est plus important que les informations. Je suis d'accord avec Solange là dessus.Se retrouver dans l’épisode :02:00 « J’ai pas une tête que tout le monde aime. » Comment se protéger.11:00 « Tu perds de ta libido ». Comment trouver la satisfaction, comment évaluer son travail.17:00 « Apporter du réconfort » Pourquoi elle fait Solange, comment vivre quand on est Youtubeuse33:00 « Y’a pas mal d’humilité hypocrite ». Se connaitre, découvrir ses masques, accepter son narcissisme48:00 « Faut balancer ! » Comment elle crée, travailler le muscle de sa créativité Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 5mins

8 Jan 2018

Rank #13

Podcast cover

#23 - Bruno -Navo- Muschio : La chance respecte ceux qui la respectent

Plus d'infos sur http://nouvelleecole.orgBruno -Navo- Muschio est auteur et réalisateur. Il as créé la série "Bref" avec Kyan Khojandi en 2011, ainsi que les séries "Bloqués" et "Serge Le Mytho".Il a publié une bande dessinée sans dessins, la "Bande pas dessinée".Il a produit une série de podcasts géniaux : Marché Parlé. C'est mon épisode préféré depuis le début. Il va vous plaire !Se retrouver dans l'épisode :(02:00) "Ne te lasse pas de ce que tu es en train de dire"(06:00) Son parcours : "tu es ce que tu crois que tu es"(09:00) Les débuts avec Kheiron - "Fais le !"(16:00) "Fais ce que tu aimerais qu'on fasse pour toi"(27:00) Créer des relations, suivre son instinct(35:00) "Ayez de la chance !"(54:00) Sa méthode de travail, l'école de l'oisiveté(01:00:00) Les questions de la fin :) Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 9mins

26 Jun 2017

Rank #14

Podcast cover

#BONUS2 - Moi, interviewé par Soline Ledésert

Pas mal d’auditeurs m’ont demandé « À quand un épisode sur Antonin Archer »?Comme je déteste parler de moi (ahem), j’ai longuement repoussé la date fatidique. Et puis, il me fallait trouver la bonne personne pour réaliser cette interview.Alors qui de mieux que Soline Ledésert, la fille la plus brillante que je connaisse ?Soline est un des piliers psychologiques de Nouvelle École, main dans la main avec Steven Sanséau que je dédicace ici pour toute son aide et tout son calme face à mon état de panique permanent. Je vous souhaite à tous de trouver ce genre de personnes. On peut pleurer sur leur épaule quand tout va bien mais qu’on se persuade que tout va mal, c’est rassurant.Pour en revenir à Soline, elle m’aide souvent à choisir les invités. C’est grâce à elle que vous avez entendu Alice Moitié, par exemple.Et donc, grâce à elle que vous entendez Antonin Archer, tadaaaa. On aborde à peu près tout ce qui s’est passé dans ma jeune existence. De ma vie de provincial à mes études, en passant par mes aventures entrepreneuriales et mes déboires psychologiques. On fait quelques blagues, on tousse et on m’écoute m’écouter pendant plus d’une heure.J’espère que ça vous plaira. J’ai peur qu’après cet épisode plus personne ne veuille écouter Nouvelle École. J’espère que ça ne sera pas le cas. J’espère que vous continuerez à venir prêter votre oreille. On revient bien évidemment Lundi avec une personnalité bien plus intéressante. Merci à tous de suivre Nouvelle École. Et bisous !----Je n'ai pas réécouté, donc aucun moyen de se repérer dans l'épisode. Vous pouvez assez sereinement faire l'hypothèse que plus on est loin dans l'épisode, plus on est loin dans ma vie. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 35mins

29 Sep 2017

Rank #15

Podcast cover

#32 - Romain Paillard - Le droit d'être curieux toute sa vie

Au lycée, on nous montrait des brochures ONISEP avec les différents choix de carrière indiqués en couleur.Il y en avait 5. Il fallait choisir une couleur pour sa vie et ensuite on arrivait à des trucs comme "ressources humaines" ou "génie civil".J'avais proposé à mon meilleur ami d'arrêter le lycée, de louer un van et de partir en tournée. Lui avait décroché depuis longtemps.Quand tu grandis, on te tape le crâne avec le mot carrière jusqu'à ce que ça rentre. "Quelle est ta fonction, humain ?" Coder, planter des clous, arroser des plantes ou gérer des équipes de commerciaux ?En tout cas choisis bien.Alors, tout le monde choisit un truc un peu au hasard. Comme Romain Paillard, j'avais choisi le droit. Comme Romain Paillard, j'avais bien aimé. Lui était devenu avocat. Maintenant, on lui demande pourquoi un avocat a quitté sa carrière pour créer une école de code."Tout le monde croit que si tu fais un nouveau truc c’est que l’autre ne t’a pas plu."Comme s'il fallait sortir totalement d'une case pour entrer dans une autre.Romain aimait son métier, mais lancer Le Wagon avec son frère l'enthousiasmait plus, alors il a changé. Il ne se voyait pas avocat pendant 20 ans."De la même manière que je me vois pas faire le Wagon 20 ans."Le concept de carrière est absurde.On te met sur des rails et c'est parti jusqu'à la ligne d'arrivée. Comme si quelques années d'études devaient déterminer toute ton existence. Il m'a fallu faire Le Wagon pour comprendre que je pouvais être développeur web si je le voulais. Il me suffit de poser mes fesses sur une chaise et de coder tous les jours pendant longtemps.Mais c'est plus simple de se mettre dans une case en se disant "tu ne peux pas".Sauf que personne ne nait développeur, agriculteur ou boxeur. On est le résultat de ce qu'on décide de faire tous les jours.Alors pourquoi s'interdire d'essayer ? On devrait encourager les gens à chercher, pas les obliger à trouver immédiatement. On devrait nous pousser à toujours découvrir. Personne n'est fait pour aimer la même chose pendant 50 ans.Romain a raison de s'autoriser à être curieux. On n'aura pas de deuxième essai pour le faire. J'espère qu'il finira par ouvrir une ferme autonome et qu'il m'invitera. J'irai peut-être. S'ils ont internet.SE RETROUVER DANS L'ÉPISODE :00:00 : Divagations sur Nouvelle École05:00 : Le Wagon, leurs progrès constants13:00 : Sa carrière d'avocat et les anecdotes qui vont avec22:00 : L'entrepreneuriat, la carrière et la nécessité de sortir des cases39:00 : Apprendre à coder, dépasser ses croyances limitantes50:00 : Repenser l'apprentissage01:03:00 : La vie d'entrepreneur curieux (et son rythme de travail)01:19:00 : Les questions Bernard Pivot Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 32mins

28 Aug 2017

Rank #16

Podcast cover

#35 - Gringe : Laisser le temps au temps

Gringe est la moitié des Casseurs Flowters, le groupe de Rap qu'il a fondé avec Orelsan. Ensemble, ils ont également joué dans la série "Bloqués" et le film "Comment C'est Loin" (réalisé par Orelsan). En parallèle de l'écriture de son premier album solo prévu pour début 2018, Gringe s'est lancé dans une carrière d'acteur. Il a déjà participé à 3 longs métrages en 2017, dont "Carbone", réalisé par Olivier Marshall.On peut raconter l'histoire qu'on préfère. On peut raconter le Gringe bloqué ou le Gringe des Casseurs Flowters. Mais les deux sont indissociables.Ce qu'on appelle le succès n'est que la perception d'une situation à un instant donné. Nous sommes toujours en mouvement et personne ne traverse la vie en en suivant les panneaux. Chacun fait face à ses moments de stagnation, de doute voire de panique.Je voulais connaître la partie moins brillante de l'histoire de Gringe. Je m'intéresse plus aux difficultés qu'au succès, car c'est souvent l'échec qui porte les graines de la réussite.Sans sa longue période de gestation, Gringe n'aurait pas pu devenir la personne qu'on connait. Le temps passé seul lui a permis de "poser un socle". Sans le Gringe bloqué, pas de Gringe des Casseurs Flowters.Quand j'étais ado, je prenais tous les adultes pour des imbéciles.Ils me parlaient de l'importance de l'expérience mais je ne comprenais pas. Je me voyais déjà les battre au jeu de la vie et aller plus vite qu'eux.Après quelques années à courir comme un hamster dans une roue, j'ai compris que je ne peux pas aller plus vite que la musique. Il y a des choses que seul le temps peut décanter. On plante des graines et, avec les années, on saura lesquelles valaient la peine d'être arrosées.Tout ce qu'on peut faire, c'est approcher chaque jour comme un Samouraï : faire ses gammes, répéter les mouvements, et laisser le temps au temps.Comme Gringe.SE RETROUVER DANS L'ÉPISODE :02:30 : Sa nouvelle carrière d'acteur, son syndrome de l'imposteur09:30 : Le succès, le regard des gens qui change17:00 : Ses débuts dans le rap, sa rencontre avec Orelsan20:00 : Sa période difficile entre 20 et 30 ans32:00 : Son changement de vie avec l'album des Casseurs Flowters42:00 : Son album solo, ses méthodes de travail48:00 : L'importance de laisser du temps au temps54:00 : Son nouveau mode de vie, les questions de la fin (le retour !)Si vous avez apprécié, n'hésitez pas à me le dire dans les commentaires ! Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 7mins

18 Sep 2017

Rank #17

Podcast cover

#12 - Candice Gasperini : Ne rien regretter à 40 ans

Plus sur : http://nouvelleecole.org/ep-12-candice-gasperini-ne-rien-regretter-a-40-ans/C'est l'interview la plus bizarre de Nouvelle École, puisque Candice a décidé d'échanger les rôles et de finir en me posant des questions. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

58mins

10 Apr 2017

Rank #18

Podcast cover

#07 - Marjolaine Grondin : Réinventer la façon dont on occupe notre temps

Voir plus sur : http://nouvelleecole.org/ep-07-marjolaine-grondin-reinventer-la-facon-dont-on-occupe-notre-temps/Marjolaine Grondin est la CEO de JAM, la startup qui développe une intelligence artificielle supervisée par des humains. Elle ne savait pas coder, mais ça ne l'a pas empêchée de créer une entreprise aujourd'hui à la pointe de la technologie. Dans cet épisode, on parle de JAM, de Marjolaine, du futur dans lequel les robots volent nos jobs, et de comment se lancer quand on est aspirant entrepreneur. Enjoy ! Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

43mins

29 Sep 2016

Rank #19

Podcast cover

#57 - Kyan Khojandi : Le temps est ton ami

ME SOUTENIR SUR PATREON : bit.ly/NEpatreonLe temps m'a toujours effrayé.Je n'ai pas souvenir d'une bonne histoire de mes parents ayant eu lieu après leurs 25 ans. 25 ans, c’est aussi l’âge auquel mes artistes préférés avaient percé. Enfermé dans ma chambre, adolescent, je calculais le temps me séparant de cet âge fatidique en me disant que j'étais large.Mais le temps s’est accéléré.Les joueurs de foot et les actrices porno sont devenus plus jeunes que moi. Je me suis retrouvé dans un stage de comptabilité, à côté d’un type qui avait passé 20 ans dans le même fauteuil. Il disait avoir « des projets pour la suite ».J’ai paniqué. Je me suis mis à travailler beaucoup et à dormir très mal. J’ai avalé plein de trucs de couleurs différentes pour oublier que je n’étais pas devenu exceptionnel, et j’ai fait de mon mieux pour convaincre le monde - surtout les filles - que je pouvais toujours le devenir. Et puis un jour, j’ai eu 25 ans. J’étais stressé, j’avais mal au ventre et des cheveux blancs qui poussaient sur mes tempes. On a fêté mon anniversaire et j’ai eu peur que personne ne vienne.Mais les gens sont venus. Ils n'avaient rien remarqué. Personne n’est venu me remettre l’Oscar pour "Une vie très banale ».Je me suis dit qu’il était temps d’arrêter de sauter à travers les cerceaux. J’ai eu envie de recommencer à faire. J’ai écrit à tous les gens que j’avais toujours voulu rencontrer et je les ai rencontrés. J’ai voulu m’amuser à nouveau. J’ai revu un pote et on a fait un film.J'y repense un an plus tard. Je suis assis dans un café qui passe de la musique. Le genre de musique que j’écoutais dans ma chambre. Il fait beau, j’écris et il n’y a rien que je préfèrerais faire. Ce soir, je sors un épisode de podcast avec un type dont la voix a marqué la fin de mon adolescence. C’était un type d’une trentaine d’années qui racontait des histoires en parlant vite. Je me disais que ce serait marrant de le rencontrer un jour.Il m’a dit « le temps est ton ami ». Je crois qu’il a raison.Kyan Khojandi est comédien, auteur et réalisateur. Il est le papa de séries comme Bref, Bloqués ou encore Serge le Mytho. Après le succès de son spectacle Pulsions, il entame l'écriture d'un nouveau projet qu'il teste dans les salles parisiennes.Se retrouver dans l'épisode :00:00 Être au plus proche de soi08:00 "Tu peux pas comparer du vin à du raisin". L'importance de faire, de tester, de répéter.16:00 Comment devenir imperméable à la critique33:00 "Le temps est ton ami". Comment identifier ses schémas : l'exemple de l'amour43:00 "La thérapie est un art." Le décès de son père et ce que ça a changé à sa vie.50:00 "J'incube énormément". Sa façon de choisir les projets qu'il entreprend57:00 Pourquoi il fait les chosesAbonnez-vous à Nouvelle École sur Apple Podcast ou toute autre application de podcast : apple.co/2zI7SkuRecevez mes 3 recommandations hebdomadaires, par mail, chaque vendredi : bit.ly/newsletterNESuivez-moi sur Instagram : bit.ly/nouvelleecoleIGSoutenez Nouvelle École financièrement à partir de 2E/mois sur Patreon : bit.ly/NEpatreonRéférences disponibles sur bit.ly/nouvelleecole57 Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

1hr 3mins

26 Feb 2018

Rank #20